Législatives 2024 dans le Rhône : des réactions de dépit, d'amertume ou de soulagement après l'annonce de la composition de l'Assemblée nationale

Déception au RN, soulagement à gauche et chez les écologistes ... le barrage républicain contre le parti à la flamme a porté ses fruits. Les premières réactions dans le Rhône et à Lyon alors que la composition de l'Assemblée nationale est tombée à 20h.

À 20 heures, alors que la composition est tout juste dévoilée, le nouveau Front Populaire semble bien être devenu le nouveau groupe fort de l'Assemblée nationale. Une victoire qui a déjoué les pronostics. Le camp présidentiel, Renaissance, résiste. Pour le Rassemblement National, c'est la déception qui domine. Le parti de Marine Le Pen et de Jordan Bardella ne semble pas avoir transformé les bons scores du premier tour.

"Magouille"

"Je me dis qu'il faut remercier très grandement toutes les forces de droite. Les LR notamment, qui ont accepté de se compromettre avec la gauche. On a le résultat. Je pense que nous avons une république qui touche le fond, qui touche le fond des égouts, c'est une catastrophe ..." a déploré Michèle Morel, conseillère régionale RN sur le plateau de France 3 Rhône-Alpes à 20h.  L'élue régionale peinait à cacher sa déception et son amertume. Michèle Morel a surtout dénoncé "une magouille" entre des "forces politiques qui n'ont rien à voir les unes avec les autres".

"Les Françaises et les Français ont été plus intelligents que l'apprenti sorcier qui nous sert de président de la République, ils ont su faire face", a vivement réagi le maire PS de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael, aux propos de  Michèle Morel.

Pour le maire de Villeurbanne, comme pour le président de la métropole de Lyon, la première réaction a aussi été une réaction de soulagement.

Soulagement

"C'est avant tout un soulagement du fait que le Rassemblement national est beaucoup plus bas que ce qu'on pouvait craindre (...) Nous avons su prendre nos responsabilités en créant le nouveau Front Populaire, en créant de l'espoir et en étant très clair dès dimanche dernier sur le fait qu'il fallait empêcher l'extrême droite d'arriver au pouvoir. La gauche progresse par rapport à 2022. Pour ", a assuré Bruno Bernard, président écologiste de la Métropole de Lyon. "C'est une défaite pour Emmanuel Macron, qui perd beaucoup de députés, mais moins que prévu grâce aux votes des électeurs de gauche", a toutefois souligné de président de l'exécutif local.

durée de la vidéo : 00h00mn49s

Le maire de Villeurbanne, comme le président de la Métropole, taclent les résultats des candidats du parti présidentiel. 

La macronie résiste

"Les Français sont surprenants, et on peut aussi leur faire confiance. J'ai été élue la première fois en 201 avec une majorité écrasante et absolue", explique Blandine Brocard, réélue dans la 5ᵉ circonscription du Rhône. Dans cette circonscription, c'est une triangulaire qui se déroulait, avec un candidat PS et un candidat RN. Pour la députée, il faut "entendre le message des Français" qu'il ne faudra pas "décevoir".

durée de la vidéo : 00h00mn52s

La députée sortante était en ballottage favorable à l'issue du premier tour. À 21h, sa réélection était très probable, comme celle du député sortant Renaissance Jean-Luc Fugit (11ᵉ circonscription). Une réélection plus compliquée pour le député Modem sortant Cyrille Isaac-Sibille (12ᵉ circonscription).

Amertume

Pour Jérémie Bréaud, le maire de Bron et président de la fédération LR du Rhône, c'est l'amertume qui domine. "J'en veux terriblement au président Macron. En voulant s'ériger comme unique rempart face aux extrêmes, la digue a sauté et puis il a abimé les institutions", a répété Jérémie Bréaud. Des propos qu'il avait déjà tenus la semaine dernière, à l'issue du 1ᵉʳ tour des législatives. "J'en veux aussi à Jean-Luc Mélenchon et au Front populaire, qui ont fait à Bron et ailleurs une campagne absolument nauséabonde, sur des thématiques qui n'ont rien à voir à une campagne nationale. J'en veux aussi à notre famille politique", a déclaré le maire de Bron.

durée de la vidéo : 00h01mn42s

"Ce soir, la situation est grave, car personne n'a véritablement gagné. Le RN qui se voyait déjà aux manettes, se retrouve avec moitié moins de députés annoncés, la majorité présidentielle se retrouve avec un Macron déconnecté et démonétisé. Bon courage au Front de gauche. Bon courage pour gouverner. Le principal fautif est le président Macron", a déclaré l'élu. 

"Victoire de la République"

Pour l'ancienne députée Renaissance de la 13ᵉ circonscription du Rhône, Sarah Tanzilli, "c'est d'abord "la République qui a gagné". "On nous avait annoncé une majorité absolue, puis une majorité relative pour le RN. Les électeurs ont fait le choix de faire barrage à l'extrême droite. Je m'en réjouis. Ce n'est pas un parti comme les autres, c'est un parti qui défend des valeurs contraires à celles de la République". 

durée de la vidéo : 00h01mn45s

Sarah Tanzilli avait retiré sa candidature au profit de son adversaire de 2022 Victor Prandt, le candidat de la gauche, pour faire barrage au Rassemblement National. Mais pour cette ancienne élue, le Front populaire "n'est pas une réponse" pour les inquiétudes des Français. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité