CARTE. Résultats définitifs des législatives 2024 dans le Rhône : découvrez tous les candidats élus, par communes, circonscription par circonscription

Le second tour des élections législatives anticipées s'est déroulé ce dimanche 7 juillet. Qui sont les députés élus dans le Rhône ? Quels sont les scores des candidats à Lyon, Villeurbanne ou encore Villefranche-sur-Saône ? Retrouvez les résultats définitifs des 33 candidats encore en lice dans chaque circonscription à partir de 20 heures.

À l'issue du 1ᵉʳ tour des élections législatives anticipées, le dimanche 30 juin dernier, une seule des 14 circonscriptions du Rhône a été pourvue. Il s'agit de la 3ᵉ circonscription où la députée sortante écologiste Marie-Charlotte Garin a été confortablement réélue avec 51,5% des suffrages exprimés devant la candidate Renaissance. Ce dimanche 7 juillet, il restait donc 13 circonscriptions à pourvoir. Sur les 104 candidats du 1er tour, il n'en restait que 33 en compétition, dont 11 femmes. Qui sont les 13 députés qui sont élus ?

Découvrez les résultats dans la totalité du département du Rhône ci-dessous, à partir de 20h. 

Les enjeux dans le Rhône en bref

Lors du premier tour, le dimanche 30 juin, le Rassemblement national s'est qualifié pour le 2e tour dans 11 des 14 circonscriptions. Il est notamment arrivé en tête en zone rurale et en zones "rurbaines". C'est inédit. En 2022, le parti à la flamme ne s'était qualifié pour le second tour dans aucune circonscription du Rhône. A-t-il réussi à convertir ces scores du premier tour en nombre de sièges ? Les consignes de désistement portées par les partis de gauche et par certaines composantes de la majorité présidentielle ont-elles eu des effets et ont-elles limité le nombre de conquêtes du RN ?

A l'issue du premier tour dans le Rhône, le nouveau Front Populaire, le Rassemblement National et Renaissance étaient respectivement arrivés en première position dans huit, quatre et deux circonscriptions. Les candidats LFI investis par le nouveau Front populaire étaient arrivés en tête du 1er tour dans 4 circonscriptions (1ère, 6e, 7e et 14e).

Pour ce second tour, dans sept circonscriptions, les candidats se sont retrouvés en situation de duel. Surtout en raison des désistements opérés dans quatre circonscriptions. Dans six circonscriptions, ce sont des triangulaires qui étaient organisées. La quadrangulaire annoncée dans la 8ᵉ circonscription n'a finalement pas eu lieu. Le coup de théâtre s'est produit mardi soir, 2 juillet, le candidat Modem, Dominique Despras, s'étant désisté à la toute dernière minute.

Retrouvez ci-dessous, à partir de 20 heures, tous les détails du second tour sur notre carte interactive, circonscription par circonscription. Les étiquettes attribuées aux candidats sont celles du ministère de l'Intérieur.

1ʳᵉ circonscription (triangulaire)

C'est une circonscription entièrement lyonnaise. Elle comprend la totalité du 5ᵉ arrondissement, le sud-ouest du 9ᵉ arrondissement, le sud du 7ᵉ arrondissement, le sud du 2ᵉ arrondissement et l'ouest du 8ᵉ arrondissement. En 2022, Thomas Rudigoz, en ballottage défavorable, s'était finalement imposé dans un duel face à la candidate Nupes Aurélie Gries. 

Dans cette 1ʳᵉ circonscription, neuf candidats étaient en lice le 30 juin dernier. Au deuxième tour, c'est une triangulaire qui a eu lieu. Au soir du 30 juin, le député sortant Renaissance Thomas Rudigoz, ancien maire du 5ᵉ arrondissement de Lyon, était en difficulté, derrière la candidate LFI du nouveau Front Populaire, Anaïs Belouassa-Cherifi.

Dans cette triangulaire, le candidat RN Laurent Mouton avait peu de chance de l'emporter, mais dans la circonscription, le parti de Marine Le Pen a largement progressé en deux ans en nombre de voix (de 3 617 à 9 521 voix).

Le député élu est  : la candidate LFI du nouveau Front populaire Anaïs Belouassa-Cherifi est élue avec 46,6% des suffrages. Le député Renaissance sortant Thomas Rudigoz, qui avait remporté la circonscription en 2017 sous l'étiquette LREM, est battu (35,22%). Le candidat RN Laurent Mouton recolte 18,18% des suffrages. Dans cette circonscription, la participation a atteint 72,83%.

2ᵉ circonscription (duel)

C'est une circonscription entièrement lyonnaise. Elle s'étend sur l'intégralité des 1ᵉʳ et 4ᵉ arrondissements de Lyon. Elle comprend aussi une partie des 2ᵉ et 9ᵉ arrondissements de Lyon. 

Dans cette circonscription lyonnaise, le député écologiste et ancien macroniste Hubert Julien-Laferrière ne se représentait pas. La circonscription était donc très convoitée : pas moins de onze candidats au premier tour, soit le plus grand nombre de candidats en lice du département.
Le second tour a fait l'objet d'un duel entre un nouveau visage issu de la société civile, le responsable associatif Boris Tavernier et le candidat Renaissance, Loïc Terrenes. Au premier tour, l'écologiste a été crédité de 49,65% des voix et a raté de peu l'élection, à quelques dizaines de voix. Son concurrent a été crédité de 25,1% des voix.  Quel est le score de Boris Tavernier ce dimanche soir ?

Dans ce duel pour la 2e circonscription, les jeux semblaient faits d'avance. En 2022 déjà, le candidat de la macronie avait échoué de quelques centaines de voix, bénéficiant d'un bon rapport de voix de la droite.

Le candidat élu est : le candidat écologiste Boris Tavernier l'emporte avec une large avance (58,58%) des voix sur Loïc Terrenes (41,42%). Dans cette circonscription, la participation a atteint 72,94%.

3ᵉ circonscription 

C'est une circonscription lyonnaise qui regroupe une partie des 3e, 7e et 8e arrondissements.

Marie-Charlotte Garin, députée écologiste sortante, a été réélue le dimanche 30 juin. Elle a été confortée avec un score de 51,5% des voix, arrivée largement en tête devant la candidate Renaissance Clara Eynaud-Lassalle (21,46%), avec plus de 16 000 voix d'avance. En 2022, elle avait déjà battu la candidate macroniste Sarah Peillon. Marie-Charlotte Garin avait obtenu un score de 43,7 % des voix.

4ᵉ circonscription (triangulaire)

C'est une circonscription entièrement lyonnaise. Elle englobe le 6ᵉ arrondissement, mais aussi la partie nord du 3ᵉ arrondissement, le quartier de la Préfecture, ainsi qu'une partie du 8ᵉ arrondissement. Des neuf candidats en lice pour le premier tour, trois se sont maintenus dans la circonscription de Raymond Barre et de Dominique Perben. La 4ᵉ circonscription n'a jamais connu de députés de gauche. Ce 2ᵉ tour a fait l'objet d'une triangulaire. 

Au premier tour, la députée sortante Renaissance, ancienne socialiste Anne Brugnera, en ballottage défavorable, a récolté 31% des voix, derrière la socialiste du nouveau Front populaire Sandrine Runel (38%). Cette dernière est adjointe aux Solidarités à la Ville de Lyon. 
Le RN Yannick Chaumont a largement amélioré le score de son parti. Un exploit pour un RN passé de 4,22% à près de 18%. Entre les deux tours, Anne Brugnera a justifié son maintien en soulignant que la circonscription, remportée par la macronie en 2017, n'était pas en danger face au RN. 
En 2022, Anne Brugnera avait été largement réélue à l'occasion d'un duel devant un candidat Nupes (Benjamin Badouard). Le RN n'avait été positionné qu'en 4ᵉ position avec un score inférieur à 5%, derrière l'actuel maire LR du 6ᵉ arrondissement, Pascal Blache. Le RN a triplé son nombre de bulletins en deux ans dans cette circonscription. 

Le candidat élu est : La socialiste (nouveau Front populaire) Sandrine Runel est élue avec 42,48% des suffrages. Une victoire historique pour la gauche dans cette circonscription historiquement ancrée à droite. La députée sortante Renaissance Anne Brugnera, qui avait refusé de se désister, est battue (39,67%). Le candidat RN Yannick Chaumont est battu (17,86%). Dans cette circonscription, la participation a atteint 75,44%.

5ᵉ circonscription (triangulaire)

La 5ᵉ circonscription comprend Caluire-et-Cuire. Elle s'étend des Monts d'Or au Val de Saône et à quatre communes hors de la Métropole de Lyon (Chasselay, Les Chères, Civrieux-d'Azergues et Marcilly-d'Azergues). Elle a longtemps été à droite avant d'être emporté par la vague macroniste de 2017. Dans cette circonscription, c'est une triangulaire qui s'est jouée. 

À l’issue du 1er tour, la députée sortante Modem Blandine Brocard était en ballottage favorable (32,23%). Le patron des socialistes du Rhône Fabrice Matteucci (26,48%) a maintenu sa candidature. Ce dernier était talonné par la candidate RN Sasha Bitoum (25,16%). 

En 2022, Blandine Brocard avait été largement élue au second tour avec plus de deux tiers des suffrages à l'occasion d'un duel contre le candidat investi par la Nupes, Fabrice Matteucci, élu PS d'opposition à Caluire-et-Cuire. Deux ans plus tard, Blandine Brocard figurait en ballottage favorable. En revanche, le poids du RN s'est accentué en deux ans sur la circonscription. La candidate RN s'est retrouvée à 7 petits points de la sortante. Le maintien s'est révélé hasardeux pour la gauche qui avait pourtant appelé à se retirer dans toutes les circonscriptions pour faire barrage au RN.

Le candidat élu est : la députée sortante Modem Blandine Brocard est réélue avec 39,25% des suffrages exprimés. La candidate RN Sasha Bitoum est battue (35,64%), comme le PS Fabrice Matteucci (25,1%). La participation a atteint 74,71%.

6ᵉ circonscription (duel à gauche)

C'est la circonscription de Villeurbanne. Elle correspond à l'intégralité de la commune, c'est d'ailleurs la seule ville circonscription de France.
C'est un duel à gauche qui s'est joué. Le député sortant LFI Gabriel Amard, gendre de Jean-Luc Mélenchon et élu en 2022 à Villeurbanne, était en ballottage très favorable (46,293%) à l'issue du 1er tour. Face à lui, le candidat socialiste, dissident : Jean-Paul Bret (19,94%), figure locale bien connue des Villeurbannais. Ancien député et ancien maire durant 19 ans, ce dernier a bénéficié des soutiens de ses anciens opposants, à commencer par le LR Marc Fraysse, candidat malheureux du premier tour, ou encore Emmanuelle Haziza. Pas de réel suspens dans ce duel fratricide. 

Le candidat élu est : le député sortant LFI Gabriel Amard est réélu. Il l'emporte d'une très courte tête (50,57%) devant l'ancien maire, dissident de gauche, Jean-Paul Bret (49,43%). 570 voix séparent les deux candidats. Dans cette circonscription, la participation a atteint 58,49%.

7ᵉ circonscription (triangulaire)

Cette 7ᵉ circonscription est un territoire urbain, situé aux portes de Lyon, au nord et à l'est. Elle regroupe les communes de Vaulx-en-Velin, Bron, Rillieux-la-Pape et Sathonay. La circonscription a souvent élu des députés de gauche. Aux européennes, LFI s'est imposée avec 27% des voix, le RN près de 22%. 

Dans cette circonscription, le député sortant, Alexandre Vincendet (Horizons) était en très mauvaise posture, en deuxième position à l'issue du premier tour, loin derrière Abdelkader Lahmar, candidat LFI. L'ancien LR et ex-maire de Rillieux-la-Pape, Alexandre Vincendet a récolté 27% des voix. Le candidat de gauche a été crédité de 46% des voix. Cédric Pignal, le candidat RN, s'est également qualifié au deuxième tour, fort de ses 21%. Exclu des Républicains, Alexandre Vincendet, également ancien président de la fédération LR du Rhône, a misé sur son implantation à Rillieux-la-Pape. Il en a été le maire pendant huit ans. 

C'est une triangulaire qui s'est jouée sur ce territoire métropolitain.

En 2022, Alexandre Vincendet s'était imposé devant Abdelkader Lahmar, investi par la Nupes. C'est dans cette circonscription que Tiffany Joncour, patronne du RN du Rhône, avait été candidate mais n'avait pas réussi à figurer au 2ᵉ tour. Pour ces élections de 2024, c'est dans la 13ᵉ circonscription qu'elle a été investie où elle avait de fortes chances de l'emporter. 

Le candidat élu est : Abdelkader Lahmar, candidat LFI (nouveau Front populaire) recueille 50% des voix. Le député sortant Horizons, ex-LR, Alexandre Vincendet est battu avec 30,1% des voix. Le candidat RN, Cédric Pignal est crédité de 19,87% des voix. Dans cette circonscription, la participation a atteint 61,35%. 

Pour Abdelkader Lahmar, 53 ans, sa deuxième tentative a été la bonne. Arrivé en tête au premier tour en 2022, il avait été battu par Alexandre Vincendet, au second tour. Originaire de Vaulx-en-Velin, Abdelkader Lahmar, est professeur d'économie-gestion en lycée professionnel. Engagé dans le milieu associatif, il est le fils d'un ouvrier en imprimerie et d'une mère au foyer, aîné d'une fratrie de six enfants. 

8ᵉ circonscription (fausse quadrangulaire)

La circonscription des Monts d'Or, au nord-ouest de Lyon, regroupe les communes de Dardilly, Ecully ou encore Champagne-au-Mont-d'Or. Elle s'étire vers le val d'Oingt, une partie du canton de l'Arbresle, celui de Tarare et va jusqu'au canton de Thizy-les-Bourgs. Ce vaste territoire était détenu par la droite depuis un quart de siècle.

Cette 8ᵉ circonscription est probablement la plus compliquée de toutes les circonscriptions du Rhône. Le RN et Jonathan Géry sont arrivés en tête avec 33% des suffrages devant la candidate du nouveau Front Populaire Anne Reymbaut (22%), le candidat Modem Dominique Despras (21%) et la députée sortante LR, Nathalie Serre (20%). Cette dernière, qui n'a récolté qu'une quatrième place a décidé de maintenir sa candidature malgré tout. C'est le scénario d'une quadrangulaire qui est sorti des urnes le 30 juin jusqu'au coup de théâtre. Le 2 juillet, plus d'une heure après son officialisation, Dominique Despras a annoncé dans la soirée renoncer à sa candidature pour éviter une quadrangulaire. Si sur le papier, Dominique Despras est toujours candidat, il n'a pas fourni ses bulletins de vote, empêchant donc mécaniquement les électeurs de voter pour lui.

Le candidat élu est : Jonathan Géry, candidat Rassemblement National, est élu avec 37,9% des voix. Il bat la députée sortante LR Nathalie Serre (31,74%), la candidate PS Anne Reymbaut (30,3%) et le Modem Dominique Despras qui avait renoncé à sa candidature. Il a tout de même été crédité de 51 bulletins. La participation a atteint 74,65% dans cette circonscription.

9ᵉ circonscription (duel/désistement)

C'est la circonscription du Beaujolais, en grande partie rurale. Une circonscription traditionnellement à droite. Comment a-t-on voté à Villefranche-sur-Saône ? Au premier tour, la cité caladoise est l'une des rares villes à avoir placé le candidat de l'union de la gauche en tête avec 34,95% des suffrages, à 6 points devant Patrick Louis. Un vote très différent du reste de la circonscription. 

Soutenu par le RN, Patrick Louis est arrivé en tête de cette circonscription (35,4%), 10 points devant le député sortant LR, Alexandre Portier (25,4%). Patrick Louis, ancien eurodéputé, universitaire, partisan de Charles Millon et Philippe de Villiers, se réclamait de "l'union des droites". Le candidat arrivé en 3e position avec 23,25% des suffrages et près de 500 voix de moins que le candidat LR, Jean-Henri Soumireu-Lartigue a décidé de se retirer pour faire barrage à l'extrême droite, obéissant ainsi aux consignes. 

Le candidat élu est : le député sortant LR Alexandre Portier (60,37%). En ballottage défavorable à l'issue du 1er tour, il bat le candidat de l'union des droites Patrick Louis (39,63%) avec plus de 14 000 boix d'avance, bénéficiant sans doute du report des voix du candidat de la gauche. Dans cette circonscription, la participation a atteint 71,26%.

10ᵉ circonscription (duel/désistement)

Cette circonscription située au sud-ouest de Lyon englobe plusieurs communes de l'ouest de la métropole (Saint-Genis-Laval, Charbonnières-les-Bains, Saint-Genis-les-Ollières), et s'étend jusqu'aux frontières de la Loire, en passant par les Monts du Lyonnais. Elle regroupe notamment les cantons de Vaugneray, Saint-Laurent-de-Chamousset, Saint-Symphorien-sur-Coise. C'est un territoire à la fois rural et périurbain.

La circonscription des monts du Lyonnais était historiquement ancrée à droite, détenue notamment par le LR Christophe Guilloteau de 2003 à 2017. Elle a fait partie de celles qui ont basculé dans le camp macroniste en 2017. Le scrutin de 2024 semble bien confirmer l'effacement de la droite traditionnelle dans une circonscription qui a longtemps été l'un de ses fiefs. (Aux européennes, le RN est arrivé en tête avec 27,6%)

De justesse, Thomas Gassilloud (AGIR) est arrivé en tête de sa circonscription devant le RN et la gauche. Mais pas de triangulaire pour le député sortant qui défendait sa réélection. À contrecœur, Florence Perrin, candidate PS du nouveau Front populaire, arrivée en 3e position avec 23,64% des voix, s'est désistée en faveur du candidat de la majorité présidentielle pour faire barrage au RN. Un désistement conforme aux consignes. En juin 2022, le RN n'avait pas envoyé de candidat dans cette circonscription. En 2024, c'est une nouvelle figure, Cécile Patout qui a été parachutée dans la 10e du Rhône.

Le candidat élu est : le député sortant AGIR Thomas Gassilloud est réélu (62,93%) des voix. Il bat la candidate RN Cécile Patout (37,07%). La participation a atteint 75,2% dans cette circonscription.

11ᵉ circonscription (duel /désistement)

La 11e circonscription du Rhône se trouve au sud de Lyon. Elle regroupe les cantons de Condrieu, Givors, Mornant et Saint-Symphorien-d'Ozon. C'est dans cette circonscription que le RN a fait l'un de se meilleurs scores aux élections européennes. Il est également arrivé en tête du scrutin avec plus de 34 % des suffrages exprimés, son meilleur score des 14 circonscriptions du Rhône. 

Dans cette 11ᵉ circonscription, l'identité des deux candidats du deuxième tour a été très vite connue : le candidat de droite Alexandre Humbert Dupalais et le député sortant macroniste Jean-Luc Fugit (Ensemble). Abdel Yousfi (PCF / Nouveau Front Populaire), arrivé troisième du premier tour avec 23%, a annoncé son retrait pour faire barrage à l'extrême droite. Dans ce duel, Jean-Luc Fugit espérait bien sauver son siège face au candidat investi par Eric Ciotti et soutenu par le RN qui était arrivé premier. Le candidat de l'union des droites, Alexandre Humbert Dupalais un avocat parisien de 32 ans, parachuté dans le Rhône.

Le candidat élu est : le député sortant Renaissance Jean-Luc Fugit (56,8%). Il bat le candidat LR-RN Alexandre Humbert-Dupalais (43,2%). La participation a atteint 71,69%.

12ᵉ circonscription (triangulaire)

La 12e circonscription se situe dans la banlieue ouest de Lyon. Elle intègre les communes d'Oullins-Pierre-Bénite, Sainte-Foy-lès-Lyon, Irigny, Francheville, Craponne ou encore Tassin-la-Demi-Lune. Créée en 1988, elle n'a connu que deux députés : le RPR Pascal Charmot de 1988 à 2017 et Cyrille Isaac-Sibille (Modem) depuis 2017.

Lucie Gaillot (EELV / Nouveau Front Populaire) est arrivée en tête du 1ᵉʳ tour avec 30% des votes devant le député sortant Cyrille Isaac-Sibille (29%) et la candidate RN Clémence Luisier, candidate  (25%). Le député sortant n'a pas voulu se désister. Une triangulaire a donc été maintenue pour le 2e tour. Le maire LR de Tassin-la-Demi-Lune, Pascal Charmot, a été éliminé (13,88%).

Le candidat élu est : le député sortant Modem Cyrille Isaac-Sibille est réélu (38,79%). Il bat la candidate écologiste Lucie Gaillot Durand (33,33%) et la candidate RN Clémence Luisier (27,88%). La participation a atteint 73,6%.

13ᵉ circonscription (duel/désistement)

C'est la circonscription qui recouvre l’Est lyonnais, comprenant plusieurs communes de la métropole : Meyzieu, Décines-Charpieu, une partie de Saint-Priest. Elle comprend aussi Saint-Bonnet-de-Mure, Saint-Laurent-de-Mure, Genas, Pusignan, Colombier-Saugnieu, Jons, Chassieu et Jonage. En 2022, la députée sortante LREM Danièle Cazarian ne se représentait pas et avait laissé sa place à son assistante parlementaire Sarah Tanzilli. Celle-ci avait alors été élue face au candidat de la gauche Victor Prandt. Le RN n'avait alors raté le second tour qu'à une dizaine de voix. 

Aux élections européennes, la liste de Jordan Bardella s'est placée en tête avec plus de 34% des voix, en siphonnant l'électorat de droite.

Aujourd'hui, c'est un duel entre le RN représenté par Tiffany Joncour et la gauche, avec Victor Prandt qui s'est joué dans cette circonscription de l'est lyonnais. La députée sortante Sarah Tanzilli avait annoncé son retrait de la course pour faire barrage à l'extrême droite. La candidate RN, patronne locale du parti à la flamme, est arrivée en tête du 1er tour avec 36,35% des suffrages. Une première place à dix points devant le candidat LFI du nouveau Front Populaire. Tiffany Joncour, candidate en 2022 dans la 7e du Rhône, a changé de circonscription. À noter, l'élimination de l'ancien député LR de la circonscription Philippe Meunier, disqualifié dès le 30 juin.

Dans ce deuxième tour, la déléguée départementale du RN, Tiffany Joncour, était en position très favorable. A-t-elle converti son avance confortable en siège de député ?

Le candidat élu est : la candidate RN Tiffany Joncour. La candidate RN s'est imposée avec 51,87% des suffrages exprimés. Victor Prandt a recueilli 48,13% des voix. La participation a atteint 69,07%.

14ᵉ circonscription (duel)

C'est l'une des circonscriptions les moins favorisées du département du Rhône. C'est aussi l'une de celle qui affiche la plus faible participation. Elle comprend Vénissieux, Saint-Fons, Feyzin, Corbas, Solaize et l’ouest de Saint-Priest (non compris dans la 13e). La circonscription est historiquement ancrée à gauche. 

En 2022, Idir Boumertit s'était imposé au 2e tour face au député sortant Yves Blein, ancien socialiste élu en 2012 et passé dans le camp de la macronie en 2017.

Au premier tour de scrutin des législatives de 2024, le député sortant Idir Boumertit (LFI) est arrivé largement en tête du premier tour avec 49% des votes devant Cédric Mermet (RN) et ses 28%. Il manquait de peu la réélection. Au deuxième tour, c'est un duel très déséquilibré qui s'est joué. À noter que le RN, en deux ans, a doublé son nombre de voix dans cette circonscription. Quant au candidat macroniste, il n'a pu se maintenir, n'ayant pas passé la barre fatidique des 12,5% des inscrits.

Qui s'est imposé dans ce duel des extrêmes ?

Le candidat élu est : le député sortant LFI (Front populaire)  Idir Boumertit est réélu avec 64,99% des voix. Il bat le candidat RN Cédric Mermet (35%). La participation a atteint 59,16%.

Pour connaître les résultats dans sa commune

Les résultats des élections législatives sur l'ensemble du territoire national.

Comparer les législatives 2024 aux scrutins précédents

Cliquer sur une circonscription pour voir les résultats détaillés.

Les Français votaient ce dimanche 7 juillet 2024, de 8 heures à 18 heures (19heures ou 20 heures dans les grandes villes) pour le 2e tour des élections législatives anticipées. Après la dissolution de l'Assemblée nationale, prononcée le 9 juin dernier par Emmanuel Macron, la France métropolitaine a été appelée une nouvelle fois aux urnes pour élire les 577 nouveaux députés. 

À l’issue du second tour des élections législatives ce dimanche, les noms des 577 députés  seront connus. Ils ouvriront la 17e législature de la Ve République ce jeudi 18 juillet. Après une dissolution, l’Assemblée de nouveaux députés "se réunit de plein droit le deuxième jeudi qui suit son élection".

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité