Les panneaux d'information de la ville de Lyon vont tous disparaître

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Rhône-Alpes. Propos recueillis par L. Riger et M. Boudet

La municipalité de Lyon a décidé de faire démonter les 36 panneaux lumineux d'information.

Les 36 panneaux lumineux de la ville de Lyon implantés dans de nombreux quartiers sont en cours de démontage. Ils vont disparaître du décor après 35 ans de service sans interruption. La Mairie écologiste n'a pas souhaité reconduire le marché avec l'entreprise qui les fabrique. Contactée, elle explique envisager une réflexion autour de ses actions de communication citoyenne, sans plus de précisions…

La fin d'un contrat de 15 ans

Cet arrêt du contrat représente une baisse de 8% du chiffre d'affaires pour Charvet Industries. La société aindinoise, leader sur ce secteur des panneaux lumineux, détenait le contrat depuis 15 ans. Christophe Quatrini, directeur de l'entreprise Charvet, avoue de pas avoir compris la décision municipale. "Nous respectons le choix de notre client même si nous ne le comprenons pas." Et il précise : "nous ne le comprenons pas parce que nous sommes convaincus des bénéfices pour les usagers, les associations qui diffusent leurs contenus informatifs. Plus de 2800 associations utilisaient les services de ces journaux électroniques sur Lyon. Il y avait en moyenne une vingtaine de messages quotidiens."

A la question de l'énergie, le chef d'entreprise répond que la consommation d'un panneau lumineux est de l'ordre de celle d'un téléviseur (150 watt), deux fois moins qu'il y a 15 ans. Il déplore le fait de pas avoir pu défendre ses produits auprès de l'équipe municipale. "Sur Lyon, il y 130 000 points d'éclairage. Avec nos 36 journaux électroniques, on n'est pas dans les mêmes valeurs. Il y a d'autres solutions, des modèles plus petits ou plus grands, de 1 à 8 mètres carrés. On peut trouver des équilibres qui prennent en compte les remarques du cadre de vie".

L'opposition s'interroge

Yann Cucherat, conseiller municipal - groupe "Pour Lyon", regrette la chronologie des décisions : "on démonte et après on réfléchit à ce que l'on va mettre comme solution alternative. On ne prend pas les choses dans l'ordre."

Pour conseiller municipal d'opposition, il fallait d'abord s'interroger: "que fait-on pour améliorer la pollution visuelle que ces panneaux peuvent engendrer (si c'est la raison de leur arrêt)? Une fois qu'on a eu cette réflexion, et après avoir déployé un nouveau dispositif, on les enlève". Et de conclure : "C'est mieux de prendre les choses par le bon bout".

Et les amoureux ?

Des demandes en mariage ou de simples déclarations d’amour sur ces panneaux lumineux le jour de la Saint-Valentin, c'était presque devenu une tradition à Lyon. La suppression de ces panneaux, qui donnaient des informations municipales ou annonçait des manifestations d'associations, est aussi une mauvaise nouvelle pour les amoureux qui devront trouver un autre vecteur pour exprimer leur flamme le 14 février prochain. Ils ont tout juste un mois pour imaginer une parade. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité