Ligue des Champions : l'OL s'impose 2 à 0 contre Leipzig

Lucas Tousart et Joachim Andersen, soulagés de briser la série noire de 7 matches sans victoire / © FILIP SINGER/EPA/Newscom/MaxPPP
Lucas Tousart et Joachim Andersen, soulagés de briser la série noire de 7 matches sans victoire / © FILIP SINGER/EPA/Newscom/MaxPPP

Après sept matches sans victoire, Lyon s'est offert un grand bol d'air en gagnant contre Leipzig (0-2) en Ligue des Champions. Il reste à l'OL à faire la même performance dimanche contre Saint-Etienne pour remonter au classement de Ligue 1.

Par Arnaud Jacques avec AFP

Après sept matches sans victoire, Lyon s'est offert un grand bol d'air en gagnant contre Leipzig (0-2) en Ligue des Champions. Il reste à l'Olympique Lyonnais à faire la même performance dimanche contre Saint-Etienne pour remonter au classement du championnat de France de football. Les deux buts du match ont été marqué par Depay (11è minute) et Terrier (65è), permettant à Lyon de prendre la première place du groupe avec 4 points, à égalité avec le Zenit Saint-Pétersbourg. "Je suis heureux. On le mérite", a déclaré Léo Dubois, capitaine d'un soir en l'absence de Jason Denayer, blessé: "On a vécu une phase difficile, qui n'est pas finie. On fait tout pour enrayer cette phase là. Ce soir, il y a eu beaucoup de communication. On était présent mentalement. Il va falloir continuer avec cet état d'esprit. J'espère que c'est le début d'une nouvelle aventure et qu'on va continuer comme ça." Bien en place, concentré en défense, supérieur dans les duels, Lyon a fait preuve d'un opportunisme redoutable.

Mais Leipzig, actuel deuxième de la Bundesliga, a aussi été trahi par de grosses erreurs individuelles de ses jeunes défenseurs internationaux espoirs français Dayot Upamecano, Ibrahima Konaté et Nordi Mukiele, tous les trois impliqués sur les buts de l'OL.
Pour Julian Nagelsmann, entraîneur de Leipzig: "Ce soir, nous avons en quelque sorte marqué deux buts contre notre camp. Les deux buts que nous encaissons c'est de notre faute. Au niveau où nous jouons au football, on n'a pas le droit de commettre autant de fautes individuelles. Mais nous avons bien pressé, nous avons bien défendu, je ne peux rien reprocher aux joueurs. L'adversaire n'a eu qu'une seule vraie occasion, et a marqué deux buts. Et vous avez vu les occasions que nous avons créées aujourd'hui? Nous avons eu au moins quatre occasions, nous devons marquer au moins deux buts".

Lyon était pourtant arrivé en Allemagne avec le doute dans ses bagages. Au-delà des déclarations convenues, quelle importance le groupe lyonnais, en grande difficulté en Ligue 1, allait-il apporter à cette rencontre de Ligue des champions? 

"Rétablir la confiance"

"Nous avons besoin de rétablir la confiance", avait simplement assuré le coach brésilien Sylvinho avant la rencontre, bien conscient que ce match à Leipzig et le derby de Saint-Etienne dimanche pourraient décider de son destin. Mais la Ligue des champions est magique. Autre compétition, autre ambiance: Lyon est entré dans le match sans complexe, bien organisé derrière, vigilant, et gagnant beaucoup de duels dans l'entre-jeu. Opportunistes, les hommes de Sylvinho ont rapidement été récompensés: à la 11e minute, Aouar, très en jambes ce mercredi soir, a gagné un face à face contre Konaté, évité une glissade d'Upamecano, et servi dans la course Depay, pour l'ouverture du score (1-0, 11e). Leipzig, sur son terrain, a évidemment tenté d'accélérer, et s'est procuré deux occasions immanquables avant la pause. La plus grosse est venue par Timo Werner, après un ballon mal négocié par Mendes, l'international allemand s'est échappé dans le rond central et a filé au but. Mais il n'a pas cadré son tir, seul face à Lopes (23e).

Sauvetage miraculeux

Dix minutes plus tard, Anthony Lopes a repoussé d'une spectaculaire manchette un tir du même Werner, et sur la reprise de Poulsen, Marcelo a réussi un énorme sauvetage, d'une aile de pigeon sur sa ligne. Dubois et Lopes sont venus le féliciter comme s'il avait marqué un but. Mais la défense à cinq mise en place par le coach, avec Marcelo, Marçal et Andersen dans l'axe a bien tenu le coup, et empêché les Allemands de combiner comme ils aiment le faire. Dès la reprise, Lyon a continué sur le même tempo, cherchant Depay en profondeur. Et après quelques nouvelles occasions manquées pour Leipzig, c'est Terrier, profitant d'un énorme cafouillage de Mukiele, qui n'a absolument pas tremblé pour doubler la mise, provoquant la folie parmi les quelques dizaines de supporters lyonnais qui avaient fait le déplacement. Sur le banc lyonnais, Sylvinho et Grégory Coupet se sont donnés une énorme accolade. 

Pour Sylvinho, entraîneur de l'OL, "Ce match est un point d'inflexion pour nous, c'est un match référence. Je suis très fier de mes joueurs, très heureux pour eux. Ils ont montré une belle réaction, ils ont montré qu'ils avaient des nerfs. C'est une victoire méritée contre une équipe très forte, physiquement, techniquement, tactiquement, avec un excellent entraîneur. J'ai fait une défense à trois, mais un système qui donne la victoire, ça n'existe pas. Ce sont les joueurs qui gagnent les matches. Lors des trois derniers matches nous avions laissé filer un résultat dans les toutes dernières minutes, ce sont des choses qui font perdre la confiance, et ça entraîne des situations très difficiles au sein de l'équipe. Ce soir c'est une victoire très importante. Depay n'est pas le seul symbole de cette victoire. Je n'ai pas vu un joueur ce soir, j'ai vu 14 joueurs exceptionnels sur la pelouse, et quatre joueurs sur le banc qui n'ont pas joué mais qui ont célébré les buts autant que les autres."

Que ces trois points font du bien, avant le dangereux derby de dimanche soir contre Saint-Etienne!
 

Sur le même sujet

Les + Lus