• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Loi Macron : un an après , les bus inter-cités “low cost” ont trouvé leur clientèle

Un an après le vote de la loi Macron, qui a libéralisé les liaisons intérieures en autocar, les usagers plébiscitent ces bus inter-cités pour leur rapport qualité-prix. Lyon est devenue la principale plateforme régionale et le centre de ces dessertes transversales low-cost.       

Par Philippe Bette

Il y avait bien les "Ouigo" .Mais cette alternative low cost au TGV classique desservait toujours les plus grosses agglomérations situées sur les diagonales nord-sud .En libéralisant il y a un an le secteur du transport par bus, la loi Macron a désenclavé nombre de villes moyennes et facilité les liaisons transversales inter-cités. Ce nouveau mode de transport est plébiscité par les jeunes et les personnes aux revenus modestes qui ne disposent pas de voiture. Une alternative aussi au co-voiturage et à ses aléas.

Désormais , près de 600 autocars sillonnent l'hexagone. Ils devraient transporter 5 millions d'usagers en 2016. L'offre en matière de bus longues distances a été multipliée par 6 depuis l'an passé. 6Notre région a bénéficié à plein de l'arrivée de 6 gros opérateurs nationaux, implantés localement pour certains . Lyon est devenue une étape incontournable sur leurs trajets. Reste que les infrastructures n'ont pas suivi la croissance exponentielle de ce mode de transport et que la vitesse de croisière de ces bus restent toujours tributaires des conditions de circulation.      
Loi Macron : les bus low cost ont trouvé leur clientèle
                 

Sur le même sujet

Un fan d'Harry Potter

Les + Lus