Lyon : un bicorne de Napoléon vendu 280 000 euros aux enchères

© Photo : ventes De Baecque et Associés
© Photo : ventes De Baecque et Associés

Un chapeau caractéristique de l'empereur Napoléon 1er a été vendu 280 000 euros aux enchères ce lundi à Lyon. L'acquéreur est resté anonyme. Le fameux chapeau aurait été ramassé par un officier hollandais après la bataille de Waterloo (le 18 juin 1815). 

Par Myriam Figureau

Il est l'un des 19 couvre-chefs répertoriés de l'Empereur Napoléon 1er.  Et il vient d'être vendu 280 000 euros, sans les frais à un acquéreur anonyme, dont on saura juste qu'il est un collectionneur d'Empire. Mesurant 49 cm de longueur, 58 cm de tour intérieur de tête, en feutre dit de "castor noir", ce bicorne à la française en a fait du chemin depuis la bataille de Waterloo, où il fut ramassé par un capitaine de dragon hollandais, Arnoud van Zuijlen van Nigevelt comme trophée de guerre. Puis récupéré en héritage par son coiffeur, et enfin vendu plusieurs fois.
 
Le bicorne fut exposé à l'Exposition Internationale de Bruxelles en 1898 comme en témoigne le catalogue page 13, joint à la vente. Le chapeau est d'ailleurs présenté dans le carton de l'expo.

Sandie Goldstein et Mathieu Boudet de France 3 Rhône-Alpes ont assisté à la vente, dont l'aura de mystère a fait courir les collectionneurs de plusieurs pays et les fans de l'histoire de Bonaparte. Selon un historien spécialiste de cette période, le bicorne a au moins la taille du tour de tête attribué à Napoléon.



1,8 millions d'euros pour un autre bicorne en 2014

L'enchère est loin d'avoir atteint le record précédent : un autre bicorne de Napoléon, qui avait appartenu à l'arrière-grand-père du prince Albert de Monaco, avait été vendu pour la coquette somme de 1,8 million d'euros en 2014. 

Selon les historiens, Napoléon aurait porté 120 chapeaux fabriqués par le chapelier Poupart et Cie, puis à partir de 1813 chez Maneglier. L'Empereur les faisait porter par son premier valet de chambre, Constant, pour les casser.

Sur le même sujet

Clermont-Ferrand: Wauquiez refuse de parler de Calmels mais attaque le gouvernement

Les + Lus