Lyon : faut-il braver l'interdit et ouvrir les lieux culturels

Les professionnels de la culture se réunissent devant l'Opéra de Lyon ce lundi 19 janvier pour demander la réouverture des théâtres, cinéma et autres de lieux de création artistique. Certains défendent l'idée d'une réouverture symbolique malgré l'interdiction. 

A Lyon, les manifestants se sont retrouvés devant l'Opéra avant de se réunir en assemblée générale
A Lyon, les manifestants se sont retrouvés devant l'Opéra avant de se réunir en assemblée générale © Gille champion, metteur en scène et manifestant

A l'appel de plusieurs collectifs locaux, les professionnels de la culture se sont donné rendez-vous devant l'Opéra de Lyon. La protestation nationale contre la fermeture des lieux de représentation et de création artistique prend de l'ampleur et les revendications se multiplient. Artistes, intermittents et administrateurs demandent notamment un "plan de relance ambitieux" et "la prolongation de l'année blanche jusqu'à un an après la reprise effective du travail pour tous les intermittents." 

Les participants à la manifestation du 19 janvier sont invités à venir vêtus de rouge et noir et à porter des masques de couleurs unis barrés d’une croix "symbolisant notre mutisme forcé" explique le communiqué de plusieurs collectifs locaux. 

Faut-il rouvrir les salles en dépit de l'interdiction ? 

Des institutions professionnelles, aux structures d'amateurs le désarroi et l'incompréhension prédominent. " Je suis dans une colère noire" explique Gilles Champion, auteur, metteur en scène amateur et co-fondateur de la Compagnie de la lettre G. "Je suis en colère contre ces mesures souvent incohérentes et injustes. Faut-il braver l'interdit comme à Albi ?" demande-t-il en faisant référence au choix de la scène nationale d'ouvrir ses portes le 12 décembre dernier. "Cela serait présomptueux de dire ce qu'il faudrait faire, mais il est vrai que si toutes les salles rouvraient leurs portes au même moment, cela enverrait un signal clair au gouvernement, ça serait une forme de désobéissance civile pacifique." 

Lors de la dernière manifestation Nathalie Perrin Gilbert, adjointe à la Culture du maire de Lyon avait évoqué la possibilité d'un recours en référé de la Ville de Lyon pour demander la réouverture immédiate des lieux culturels. "La municipalité a débloqué 4 millions d'euros redistribués à près de 300 structures dans lesquelles des fermetures de salles et des licenciements ont pu être évités", se satisfait l'élue, tout en appelant le gouvernement à prendre des mesures rapides face à la précarisation croissante des intermittents et des artistes en général.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture manifestation économie social coronavirus/covid-19 santé société