Lyon : il met en joue un homme et le frappe dans le métro

Dans une rame du Metro D, mardi 8 décembre à Lyon, un jeune a frappé et pointé une arme sur sa victime. Des passagers sont intervenus, et l'agresseur, âgé de 17 ans, a été interpellé. Il a expliqué son geste par "un regard de travers qui a mal tourné".
Quelques minutes avant l'arrivée des forces de l'ordre, des passagers sont intervenus pour tenter d'immobiliser l'agresseur.
Quelques minutes avant l'arrivée des forces de l'ordre, des passagers sont intervenus pour tenter d'immobiliser l'agresseur. © Maxime Jegat / Maxppp
21h15, Metro D, station Bellecour, mardi 8 décembre. Une altercation éclate entre deux jeunes hommes dans une rame du metro, pour un motif encore inconnu. L'agresseur met en joue sa victime avec ce qui semble être une arme à feu, puis le frappe avec la crosse du pistolet. 
 

Violente agression

Sous les yeux des passagers, une scène surréaliste. Dans le metro D en direction de Vaise, ils assistent à une agression, et à la mise en joue d'un jeune homme par un autre, pistolet en main. L'agresseur frappe au visage sa victime à plusieurs reprises avec la crosse de son arme. Un passager tire alors le signal d'alarme et évoque la présence d'une arme, déclenchant l'intervention immédiate des équipes de sécurité. Dans l'intervalle, des passagers tentent d'immobiliser l'agresseur, qui parvient à s'enfuir. 
 
   

L'agresseur interpellé

Rapidement, des CRS armés arrivent à leur tour dans la station. Ils parviennent finalement à interpeller l'individu, un jeune de Caluire-et-Cuire, âgé de 17 ans. Celui-ci a été placé en garde à vue, et une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de l'agression. La Direction de la Sécurité Publique du Rhône confirme qu'une arme a été retrouvée "en plusieurs morceaux dans le métro", et précise qu'il s'agissait d'un pistolet à grenailles. Lors de sa garde à vue, l'agresseur a reconnu les faits, "expliquant un regard de travers, qui a mal tourné".La victime, âgée d'une vingtaine d'années, était choquée et ensanglantée après les faits. Prise en charge par les secours, son pronostic vital n'est pas engagé. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité