Exclu France 3 : Emmanuel Macron veut accroitre la différence entre celui qui travaille et celui qui ne travaille pas

Emmanuel Macron est le premier président de la République française à se déplacer au Salon International de la restauration de l'hôtellerie et de l'alimentation de Lyon (SIRHA). Il évoque avec nous la relance du secteur et la création d'un centre d'excellence des arts culinaires français.

C'est la première fois qu'un chef d'Etat vient au Sirha, pourquoi particulièrement cette année ? 

"Je tenais à être aux côtés de tous ceux qui font la gastronomie française et qui la servent car les 18 derniers mois ont été très durs. Nous avons investi massivement, près de 25 milliards d'euros sur le secteur, dont 25 milliards d'euros d'aides et de subventions mais ça a été très dur. Là ça redémarre, et on doit retrouver l'esprit de conquête."

durée de la vidéo: 255 h min
Trois questions à Emmanuel Macron ©FranceTv

Le métier manque de bras, est-ce que vous êtes venu faire passer un message auprès de la profession pour rendre les métiers plus attractifs? 

Aujourd'hui on manque de bras à peu près dans tous les secteurs, et il y a plusieurs réponses à ça. Il faut notamment former. Nous formons donc plus de chômeurs, nous formons plus d'apprentis et d'alternants. On bat notre record en ce moment, pendant la crise, avec 525 000 apprentis. On va aussi former pour mieux orienter vers les métiers en tension. 

Il faut également accroître la différence entre ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas. C'est pourquoi la réforme de l'assurance chômage va entrer en vigueur à partir du 1er octobre et son deuxième pilier au 1er décembre. 

Il faut que les métiers soient plus attractifs, avec une réflexion sur la capacité à accompagner les salariés sur le logement, adapter un peu les cycles horaires, permettre à des pères ou des mères de familles de travailler dans la restauration. 

Vous avez annoncé un centre d'excellence dédié à la gastronomie française, est-ce qu'on en sait plus? 

Oui il s'agira d'un centre d'excellence et d'entraînement pour les grandes compétitions. Le Clairefontaine, ou le Marcoussis des arts culinaires, selon le sport qu'on préfère. Plusieurs sites ont été proposés mais le conseil régional a proposé plusieurs sites qui ont du sens dans la région lyonnaise. Compte-tenu de l'histoire de Lyon et de sa région une implantation sur un de ces sites aurait beaucoup de sens a conclu le président de la République sans donner de plus amples précisions. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sirha culture gastronomie emmanuel macron politique