Lyon. Les jeunes communistes réclament la gratuité des masques et du gel

Au cours d'une manifestation devant la préfecture, les jeunes communistes du Rhône ont demandé que les produits sanitaires de première nécessité soient gratuitement accessibles. Ils étaient une trentaine.

Une trentaine de jeunes communistes du Rhône a manifesté devant la préfecture pour demander la gratuité des produits sanitaires de première nécessité contre la propagation du coronavirus. 11 juin 2020
Une trentaine de jeunes communistes du Rhône a manifesté devant la préfecture pour demander la gratuité des produits sanitaires de première nécessité contre la propagation du coronavirus. 11 juin 2020 © D. Pajonk / FTV

Les membres des jeunesses communistes du Rhône en appellent à la responsabilité de l'Etat pour permettre à tous les citoyens d'être fournis gratuitement en masques et gel hydroalcoolique. Pour eux, c'est une question de santé publique et par conséquent des besoins qui doivent être pris en charge par l'Etat.
Pour autant, ils ne souhaitent pas que ces stocks soient rachetés par l'Etat mais carrément réquisitionnés. Ni plus ni moins. Les jeunes militants estiment que cette "confiscation" est nécessaire alors que la grande distribution "s'en met plein les poches, déclare Antoine Bedin, l'un des responsables dans le Rhône. On constate que depuis que les masques sont en vente, les prix flambent alors pourtant que la TVA est passée rapidement de 20 % à 5,5 %. "

"Notre santé, c'est pas pour les profits" scande leur affiche

Et de condamner ce qui, selon eux, pourrait s'apparenter à de la rétention de stocks et de la spéculation. Ils condamnent des profits qui s'opèrent sur la santé et la peur des gens, alors qu'il s'agit d'obligations sanitaires imposées par l'Etat.

Dans une lettre adressée au préfet du Rhône, ils écrivent que "aujourd'hui, nous sommes obligés de travailler, de nous déplacer, de faire nos courses en portant des masques, à la demande du gouvernement. (Or), les prix sont exorbitants (...) Nous exigeons des sanctions fortes pour les spéculateurs et le prélèvement de la part de chiffre d'affaires correspondant à la vente de protections sanitaires et la redistribution de la somme au Service public de la santé."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement parti communiste politique manifestation économie social