Lyon : les menus sans viande à la cantine autorisés par la justice

Le 12 mars, le juge des référés du Tribunal Administratif de Lyon à décidé de ne pas suspendre la décision d'imposer des menus uniques sans viande dans les cantines scolaires lyonnaises. Il a néanmoins enjoint la mairie de réévaluer la situation dans les plus brefs delais. 

Depuis mi-février, la ville de Lyon propose un menu-unique sans viande, afin de respecter le protocole sanitaire de l'Education Nationale. Ce dernier impose une distance de 2 mètres entre chaque enfant. Le menu unique permet de faire manger les enfants plus rapidement.
Depuis mi-février, la ville de Lyon propose un menu-unique sans viande, afin de respecter le protocole sanitaire de l'Education Nationale. Ce dernier impose une distance de 2 mètres entre chaque enfant. Le menu unique permet de faire manger les enfants plus rapidement. © Francetv

Le 12 mars, le juge des référés a décidé de ne pas suspendre la décision d'interdire les repas sans viande dans les cantines scolaires. Il justifie sa décision par le fait que la suspension en urgence ne pouvait pas être actée (du fait de la fin de la mesure le 9 avril prochain). Il enjoint tout de même la mairie lyonnaise de réévaluer la situation dans les meilleurs délais. 

"Ce n'est ni une victoire, ni une défaite. Le juge a coupé la poire en deux puisqu'il ne suspend pas la décision mais enjoint la mairie de réévaluer la situation" déclare Me Couret-Hamon, qui représente les parents d'élèves. 

Le Tribunal Administratif "a pris acte des explications de la Ville selon lesquelles le choix d’un menu complet sans viande, déjà expérimenté sans difficultés notables en mai et juin 2020, a été motivé par le souci de la Ville de retenir le menu unique le plus susceptible de convenir à tous les enfants qui fréquentent habituellement la cantine, quelles que soient les pratiques alimentaires en temps normal" détaille le Tribunal Administratif dans le communiqué attenant la décision.

"Finalement, le menu sans viande est privilégié car c'est celui qui respecte le mieux les convictions religieuses, philosophiques et idéologiques. C'est une violation du principe de neutralité du service public et de la laïcité", estime auprès de l'AFP Me Comte, qui a déposé le référé pour la FNSEA. "Nous serons très vigilants à ce que cette situation ne perdure pas au-delà du 9 avril", poursuit-elle.

"La décision rendue est difficilement compréhensible"

Etienne Blanc

"La décision rendue est difficilement compréhensible", estime Etienne Blanc à l’AFP. Il est à la tête de l'opposition municipale de droite, et l'un des requérants. "D'un côté, le juge dit qu'il n'y a pas d'urgence en rejetant notre référé et d'un autre, il affirme que la ville de Lyon devra réévaluer dans les meilleurs délais la situation".

Auprès de France 3, la municipalité estime que tant que le protocole sanitaire dans les cantines sera de mise, la Ville sera en droit d'imposer un menu unique sans viande afin de pouvoir le respecter. Elle rappelle qu'elle a toujours affirmé vouloir "remettre du choix dans l'assiette des enfants dès la situation le permettra." Elle indique également qu’elle continue d’évaluer au fil du temps si le menu unique est, en effet, bien la solution la plus adaptée au protocole sanitaire, admettant n’avoir, pour le moment, que peu de recul sur la décision du fait de sa mise en application récente. Enfin, elle rappelle être l'une des rares grandes villes de France à respecter ce protocole sanitaire.

La décision datant de mi-février avec provoqué l'ire de l'opposition, taxant la mairie écologiste d'une décision "idéologique". Les agriculteurs avaient également dénoncé la décision lors d'une manifestation le 21 février. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société éducation agriculture économie