Lyon: le Sytral vote la résiliation du contrat avec Vinci pour l'exploitation du Rhônexpress

C'était une volonté du président sortant de la Métropole David Kimelfeld pour rendre le Rhônexpress plus abordable: le contrat avec Vinci sera rompu pour gérer cette liaison entre Lyon et l'aéroport Saint-Exupéry.
Le Rhônexpress, ce tramway qui relie la Part Dieu à l'aéroport Saint-Exupéry, ne sera plus géré par Vinci. La résiliation de ce contrat, voulu par le président sortant de la Métropole David Kimelfeld et candidat à sa succession, a été voté ce vendredi après-midi par le Sytral (12 voix pour, 6 contre et 5 abstentions).

David Kimelfeld veut se donner "des marges de manoeuvre pour améliorer les tarifs  et améliorer la desserte de l'est lyonnais qui se développe beaucoup, pour avoir une offre plus dense et permettre des trajets domicile-travail". Toutefois, dans cette résiliation, Vinci sera dédommagé. Cette rupture coûtera 32 millions d'euros au Sytral. Le président de la Métropole se veut rassurant en estimant les gains à 50 millions d'Euros d'ici la fin de la concession, en 2038. Son désormais adversaire politique, Gérard Collomb, dont David Kimelfeld était le dauphin, reste dubitatif sur ces chiffres et rappelle qu'il s'agit "du meilleur des scenarii".
 

Une tarification trop peu attractive

Les négociations ont échoué en décembre dernier. La Métropole souhaitait rendre la tarification plus attractive. "Le président de la Métropole de Lyon et son vice-président en charge des marchés publics considèrent que la meilleure solution pour préserver les intérêts des Grand-Lyonnais est celle de la résiliation du contrat. Cela permettra d’offrir une tarification véritablement attractive et de redonner à la collectivité tous les leviers pour améliorer la mobilité du quotidien et la desserte de l’Est lyonnais", avait annoncé la Métropole dans un communiqué.

Rhônexpress avait pourtant proposé de faire passer l'aller simple à 13,90 euros (contre 16,30 aujourd'hui) soit une baisse de 14,72 %. Les abonnés TCL auraient pu bénéficier d'un tarif spécial à 12,20 euros.


Contrat de concession signé par le département en 2007

Ce contrat de concession a été signé entre Vinci et le Conseil Général du Rhône en 2007 et mis en service en 2010. Mais depuis 2015, c'est la Métropole de Lyon qui finance les coûts supportés par le Sytral en application de ce contrat.
 

Quelles conséquences pour les usagers ?

Selon la Métropole, même si le contrat est rompu, la desserte continuera d'être assurée. Il n'y n'aura “aucun impact pour les usagers, le service continuant à être opéré par la société CFTA du groupe Transdev” assurait la Métropole en décembre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aéroport lyon saint-exupéry économie transports transports aériens