A Lyon, une montagne de déchets récupérés dans le Rhône

L'association lyonnaise Odysseus 3.1 organise plusieurs fois par an des nettoyages du fond du Rhône à Lyon. Ce dimanche 28 juin, les plongeurs ont une nouvelle fois repêché une quantité impressionnante de déchets en tout genre aux abords du Pont de la Guillotière à Lyon 3.

Ces improbables objets jonchaient le fond du fleuve sur sa rive gauche, entre le Pont de la Guillotière et le Pont Wilson à Lyon.
Ces improbables objets jonchaient le fond du fleuve sur sa rive gauche, entre le Pont de la Guillotière et le Pont Wilson à Lyon. © Odysseus 3.1
Le Rhône, une décharge sous-marine à voir ce qu'ont une nouvelle fois remonté à la surface les plongeurs d'Odyssées 3.1 : des trottinettes électriques, des Vélov, des téléphones, des batteries de voitures, des barrières métalliques… 

Ces improbables objets jonchaient le fond du fleuve sur sa rive gauche, entre le Pont de la Guillotière et le Pont Wilson (Lyon 3). " On ne s'attendait pas à ça, on n'a pas pu tout charger ce soir pour les emmener à la déchèterie" témoigne Lionel Rard, fondateur d'Odyssées 3.1. Une pêche loin d'être exceptionnelle. En septembre dernier, des centaines de trottinettes électriques avaient été repêchées rive droite.

Pendant l'opération ce dimanche 28 juin, un écran géant a projeté les images sous-marines des plongeurs pour sensibiliser les Lyonnais à cette pollution sournoise.

Du lithium et du plastique disséminés

Le lithium contenu dans les batteries de trottinettes électriques empoissonne les espèces et le plastique des déchets se décompose. Si la nocivité de ces composants est connue, "On n'arrive pas à mesurer l'effet cocktail de toutes ses substances" alerte Lionel le fondateur de l'association.
 
A Lyon, une montagne de déchets récupérés dans le Rhône.
A Lyon, une montagne de déchets récupérés dans le Rhône. © Odysseus 3.1
A Lyon, une montagne de déchets récupérés dans le Rhône.
A Lyon, une montagne de déchets récupérés dans le Rhône. © Odysseus 3.1
© Odysseus 3.1


L'association mène actuellement une grande étude sur l'eau du Rhône et ces déchets laissent leurs empreintes durablement : "il y a une pollution des nappes phréatiques due à la dégradation des déchets en plastique" constate Lionel Rard.

Odysseus 3.1 fédère une quarantaine de bénévoles, des scientifiques, des guides de haute-montagne et une dizaine de plongeurs.  L'association oeuvre pour la préservation de la nature et explore les milieux naturels. Au début du mois de juin, les plongeurs avaient exploré les profondeurs du lac de la Tête d'or pour dresser un inventaire de la faune et de la flore et mesurer l'impact de l'homme sur le site.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement nature insolite société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter