Lyon : non, des militants politiques RN, LREM, FI ou autres, n'ont pas tabassé un homme en pleine rue de nuit

A Lyon, une vidéo fait le tour des réseaux sociaux, et se retrouve au coeur d'une fake-news largement relayée depuis sa publication vendredi 5 février. On peut y voir 3 policiers en civil tenter d'interpeller un homme ivre, au sol, et qui reçoit plusieurs coups de taser.

La vidéo fait déjà le tour des réseaux sociaux depuis qu'elle a été postée, vendredi 5 février. La scène se passe à Lyon, vers 1h du matin dans la nuit de jeudi à vendredi, rue des Pierres-Plantées dans le 1er arrondissement.

Un internaute filme la scène depuis son appartement, derrière des rideaux métalliques. Un homme est au sol, à proximité de l'arrière d'une voiture, et trois policiers en civil s'affairent autour de lui. L'un d'eux est au téléphone, une gazeuse dans sa main droite. Les deux autres maîtrisent l'individu au sol, qui crie très fort en disant "vous allez me tuer ?". Alors que l'homme est bien au sol, il reçoit plusieurs coups de taser.

Il s'agissait en réalité d'un appel au 17 car l'homme était très alcoolisé, et hostile à l'arrivée des forces de l'ordre. Les policiers auraient été obligés de faire face à une personne particulièrement hostile et auraient été frappés au moment de l'interpellation. 

L'homme a été placé en garde à vue, et aurait reconnu les faits. Il devrait comparaître dans les jours qui viennent devant la justice.

En attendant, la vidéo circule toujours sur les réseaux sociaux, mais avec une énorme manipulation des faits. Les hommes en civil que l'on aperçoit ne sont pas des militants politiques, de quelque bord que ce soit, mais bien des policiers dans l'exercice de leurs fonctions.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité