• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : nouvelle accusation de viol contre Tariq Ramadan

Tariq Ramadan au palais des congrès de Bordeaux en mars 2016 lors d'une conférence sur "les clés du vivre ensemble". / © Photo : Thibaud MORITZ/ PRESS/MAXPPP
Tariq Ramadan au palais des congrès de Bordeaux en mars 2016 lors d'une conférence sur "les clés du vivre ensemble". / © Photo : Thibaud MORITZ/ PRESS/MAXPPP

Une quinquagénaire lyonnaise a porté plainte contre l'islamologue suisse pour des faits de 2014 selon une information d'Europe 1. C'est la 4e plainte pour viol contre Tariq Ramadan en France.

Par Myriam Figureau

Les faits se seraient déroulés en mai 2014 au Sofitel de Lyon, selon la plainte déposée par une femme le 31 mai 2019 et qu'ont pu consulter nos consoeurs d'Europe 1 et du JDD. 
La plaignante était à cette époque journaliste dans une radio locale. Elle dit avoir été contactée en premier par Tariq Ramadan et avoir finalement accepté un rendez-vous pour une interview dans la suite qu'il occupait dans cet hôtel.

Dans le récit qu'elle a fait à la police en juillet dernier, la femme parle de "violence inouïe" et affirme avoir été violée plusieurs fois par le prédicateur suisse et une personne de son staff. Tariq Ramadan l'aurait ensuite menacée si elle portait plainte. La victime présumée a fini par déménager et confie même avoir tenté de se suicider.

Coté judiciaire le parquet de Paris a adressé un réquisitoire supplétif aux juges d'instruction déjà en charge des autres dossiers pour des faits de "viol en réunion, menaces et intimidation." L'avocat de Tariq Ramadan, maitre Emmanuel Marsigny, a confirmé à l'AFP cette nouvelle plainte se refusant à tout autre commentaire. Son client est déjà mis en examen pour viols et viol aggravé sur deux autre victimes présumés. 

En février 2018, une autre femme avait accusé Tariq Ramadan de viol commis dans un hôtel à Lyon en 2009, lors d'une des nombreuses conférence de l'islamologue à Lyon. 

Tariq Ramadan, qui consteste ces accusations, a été remis en liberté sous contôle judiciaire en novembre 2018 après 9 mois de détention provisoire. 

Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus