• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : Patrick Mignola (Modem) démissionne du conseil régional

Patrick Mignola, ici avec Laurent Wauquiez .
Patrick Mignola, ici avec Laurent Wauquiez .

Patrick Mignola (Modem) a annoncé jeudi sa démission du conseil régional pour se consacrer pleinement à  la vice-présidence du groupe Modem à l'Assemblée nationale. Il souligne aussi "le risque de profondes divergences nationales" avec le président des Républicains.       

Par Philippe Bette

Patrick Mignola a annoncé jeudi matin qu'il renonçait à son mandat de conseiller régional (Modem). Il estime le moment venu de clarifier une situation qui pourrait devenir conflictuelle. 

Patrick Mignola , député de la Savoie, met en avant sa décision par "ses nouvelles responsabilités de 1er vice-président du Groupe Modem à l'assemblée nationale qui l'empêchent d'assumer pleinement son mandat régional". Mais il justifie aussi sa décision par le contexte politique crée de fait par ses nouvelles fonctions. 

"L'accord technique que nous avons conclu avec Laurent Wauquiez en 2015, est devenu, explique-t-il, une figure baroque puisque nous sommes entre-temps devenus président national et vice-président de nos partis respectifs. Il est temps, dit-il, d'en tirer les conséquences. S'il est vrai que pour le moment, nos profondes divergences nationales n'avaient pas interféré sur le fonctionnement régional, il convient d'en éviter le risque".   

Il laisse par ailleurs entendre que "les positions de plus en plus droitières des Républicains" au conseil régional pourraient inciter le groupe "Les démocrates à en tirer les conséquences". 
                      
En avril 2017, Patrick Mignola avait indiqué qu'il voterait pour Emmanuel Macron aux élections présidentielles. 
 
Patrick Mignola (Modem) démissionne du conseil régional
Patrick Mignola, premier vice-président du conseil régional, a annoncé jeudi sa démission pour se consacrer pleinement à la vice-présidence du groupe Modem à l'assemblée nationale. Il souligne aussi "le risque de profondes divergences nationales" avec le président des Républicains.

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus