Lyon : un millier de personnes au départ de la manifestation des soignants en colère

Près de 1000 manifestants ont pris le départ depuis l'hôpital Edouard Herriot pour réclamer des moyens pour les hôpitaux. La manifestation était appelée par les syndicats CGT et SUD ainsi que par des collectifs de gilets jaunes

Les manifestant se sont d"abord rassemblés devant l'hôpital Edouard Herriot à Lyon pour réclamer des moyens pour l'hôpital
Les manifestant se sont d"abord rassemblés devant l'hôpital Edouard Herriot à Lyon pour réclamer des moyens pour l'hôpital © Mathieu Boudet/France 3 Rhône-Alpes
A l'heure où d'autres regardaient le Président de la République à la télévision pour sa première interview du 14 juillet, eux se retrouvaient déjà pour défendre leur outil de travail et une certaine idée de la République.

A l'appel de la CGT et de SUD, ils étaient plusieurs centaines à se rassembler devant l'hôpital Edouard Herriot avant de s'élancer en direction de la place Bellecour. Plusieurs collectifs soutenaient cet appel à manifester notamment des gilets jaunes. Ces "déçus du Ségur de le Santé", ces négociations au ministère de la santé, rue Ségur à Paris pour rediscuter des moyens pour la santé et qui se sont achevées il y a quelques jours, estiment qu'ils ont pas obtenu ce qu'ils demandaient.

Les annonces ne sont pas à a hauteur de la situation. 7 milliards d'euros c'est une goutte d'eau pour la santé. On reste les soignants les plus mal payés des pays riches. Et ça s'est concentré uniquement sur les salaires alors qu'on demandait beaucoup plus pour prendre en charge la population.

Thomas Laurent Collectif Inter-Urgence et Inter-hopitaux



Les manifestants souhaitaient aussi mettre en avant tous ces "invisibles" en première ligne pendant la crise : caissières, routiers, acteurs de la filière agro-alimentaire. Le défilé était d'ailleurs être ponctué de témoignages de ces personnes comme des personnels soignants.

150 personnes ont aussi défilé dans les rues de Saint-Etienne.

Les personnels soignants qui n'auront sans doute pas entendu Emmanuel Macron annoncer le port obligatoire du masque dans les lieux clos à partir du 1er août. Une mesure que la plupart d'entre eux approuveraient sans doute.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter