Lyon : un portrait de l'espionne américaine Virginia Hall

Les Français l'ont surnommée «la dame qui boite» et les Allemands ont mis «la dame boiteuse» sur leur liste des personnes les plus recherchées / © France 3 Rhône-Alpes
Les Français l'ont surnommée «la dame qui boite» et les Allemands ont mis «la dame boiteuse» sur leur liste des personnes les plus recherchées / © France 3 Rhône-Alpes

Virginia Hall a été traquée par Klaus Barbie dans la région lyonnaise à partir de 1942. Pendant des mois, elle avait oeuvré sous la couverture d’une correspondante de presse. Elle avait relaté aux services de renseignements britanniques les faits et gestes des troupes d’occupation dans la région.

Par Daniel Pajonk

Virginia hall est une héroïne de la seconde guerre mondiale. La plaque tournante des service secrets britanniques dans la quart sud-est. Américaine et handicapée suite à un accident, elle est recrutée par les services secrets britanniques pendant la seconde guerre mondiale (les Américains ne voulaient pas d’une femme qui plus est avec une jambe de bois).
Pendant des mois sous la couverture d’une correspondante de presse, elle relate aux services de renseignements les moindres faits et gestes des troupes d’occupation à Lyon.
Klaus Barbie la traque pendant plusieurs semaines. Mais elle parviendra à fuir avant de revenir à la fin de la guerre pour participer à la libération de la France, son véritable pays de cœur. 

Le reportage de Sylvie Cozzolino qui lui était consacré en 2015 :

Portrait de Virginia Hall

 

Sur le même sujet

Les + Lus