Lyon : à la recherche d'un local pour créer une épicerie solidaire destinée aux étudiants en difficulté

Catherine Fillon, prof d’Histoire du Droit à Lyon III, s'est fait connaître en lançant, pendant le confinement, le collectif «Solidarité étudiante» qui livrait des paniers repas aux étudiants dans le besoin. A présent, elle cherche à créer une épicerie solidaire pour continuer à les aider.
 

Catherine Fillon a rassemblé profs, administratifs et étudiants bénévoles de la fac de Droit pour lancer son collectif solidaire.
Catherine Fillon a rassemblé profs, administratifs et étudiants bénévoles de la fac de Droit pour lancer son collectif solidaire. © F3RA
"Cette rentrée, la situation des étudiants est moins catastrophique que le printemps dernier", concède Catherine Fillon. "Avec la fermeture des restaurants universitaires et de toutes les structures d'aide à la personne, les étudiants s'étaient retrouvés en très très grand besoin, et en très très grande détresse".

Mais pour cette prof, qui enseigne l'Histoire du Droit à l'Université Lyon III, "6 mois plus tard, ça n'est pas fameux non plus car beaucoup de nos étudiants ont besoin de travailler : 46% d'entre eux le font pour financer leurs études, et pas seulement pour l'argent de poche, et 19% sont en-dessous du seuil de pauvreté".

"On préfère payer son loyer plutôt que de manger"

Or, avec la fermeture des bars et la baisse d'activité dans les restaurants - renforcée par le couvre-feu mis en place à Lyon et à Saint-Etienne (150 000 étudiants) - la situation est encore plus tendue : les petits boulots sont devenus très rares. 

Du coup, l'idée de créer une épicerie solidaire s'est imposée pour le Collectif de Solidarité étudiante de Lyon, né pendant le confinement. En effet, "payer le loyer, c'est l'angoisse majeure : avoir un toit sur la tête", explique Catherine Fillon. "Donc, le peu d'argent qu'ils ont, les étudiants le mettent dans le loyer au détriment de l'alimentation... On préfère payer son loyer plutôt que de manger."

Appel aux dons

Le collectif est à présent à la recherche d'un local pour installer un comptoir et un stock de nourriture. Un local se trouvant en dehors des murs des universités pour ne pas risquer de devoir stopper l'activité en cas de fermeture des facs pour cause de 2e vague de Covid-19. L'association multiplie aussi les partenariats afin de réunir des aides et des subventions et lance un appel aux dons pour assurer la pérennité de son action.


Catherine Fillon était l'invitée d'"Entre-deux", sur France 3 Rhône-Alpes, ce vendredi à 11 h 53.
1000169951
Entre deux avec Catherine Fillon, enseignante à Lyon 3 - pour une épicerie solidaire pour les étudiants
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société coronavirus/covid-19 santé