• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Lyon : un réseau d'escrocs au crédit à la consommation démantelé

Les prévenus sont poursuivis par les juges lyonnais pour "escroqueries, recels d'escroquerie en bande organisée et de vols, usurpation d'identité, faux et usage de faux". / © PHILIPPON JOEL
Les prévenus sont poursuivis par les juges lyonnais pour "escroqueries, recels d'escroquerie en bande organisée et de vols, usurpation d'identité, faux et usage de faux". / © PHILIPPON JOEL

Fin mai 2018, sept personnes ont été interpellées dans l’agglomération lyonnaise et en Suisse. Les individus sont soupçonnés d’avoir escroqués leurs victimes avec de faux crédits à la consommation. Le préjudice est estimé à plus de 100 000 euros.

Par MCP avec AFP

« De juillet 2017 jusqu'à mai dernier, ils ouvraient des comptes bancaires sous une fausse identité avec des papiers volés ou perdus en France, en Suisse et en Belgique afin de souscrire à des crédits à la consommation dans différentes enseignes de la région rhônalpine. Ils revendaient ensuite les produits achetés auprès de recéleurs, explique une source proche de l’enquête.  L'argent obtenu était ensuite transféré dans une banque en Suisse, où le retrait autorisé en liquide est bien plus important qu'en France. Les billets récupérés étaient ensuite remis en mains propres à la frontière française ».

Arrêtés mercredi et jeudi, les sept suspects sont cinq hommes et deux femmes de nationalité ou d'origine congolaise pour l'essentiel. "Ils ont tous reconnu les faits", ajoute la même source. Agés d'une vingtaine à une trentaine d'années et déjà connus de la justice, ils sont poursuivis par les juges lyonnais pour "escroqueries, recels d'escroquerie en bande organisée et de vols, usurpation d'identité, faux et usage de faux".

Les perquisitions menées à leur domicile, dans l'agglomération lyonnaise et en Suisse -à Zürich et Genève où résident les deux femmes-, ont permis de saisir "près de 30.000 euros d'argent liquide, des produits de luxe, des produits multimédias et des documents d'identité volés".  Une "cinquantaine" de personnes, dont l'identité a été usurpée et qui sont toutes originaires de la République Démocratique du Congo, ont été jusqu'à présent dénombrées. Certaines d'entre-elles auraient néanmoins cédé volontairement leurs papiers "en contrepartie d'argent", précise la même source.

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus