Lyon : Un portemanteaux solidaire, l'initiative qui réchauffe le cœur

Publié le
Écrit par Ana K.

Au cœur de la presqu'ile lyonnaise, sur une palissade masquant des travaux, des manteaux d'hiver ont été accrochés. Chauds et propres, ils attendent leurs futurs propriétaires. Les associations Superposition et Cigüe Vintage ont mis en place un portemanteaux solidaire à l'image de ce qui se pratique en Suède en période de grand froid.

A l’angle de la rue de la République et de la rue Childebert, les riverains ont pu découvrir mardi matin une farandole de manteaux suspendus sur une palissade en bois.

La rue a beau être commerçante, la veille au soir rien ne laissait présager l’arrivée de ces vêtements.

L’association Superposition, qui promeut l'art urbain s’est associée à Ciguë Vintage, la friperie itinérante engagée, pour créer ce projet solidaire.

Social manteaux - le nom du projet- est un mur de dons visant à mettre à disposition des vêtements chauds (manteaux, pulls, gants, bonnets…) pour les personnes dans le besoin.

« L’idée, c’était de faire une première action qui donne envie aux autres associations d’en faire autant » explique Orbiane Wolff, fondatrice de l’association Superposition. « J’ai vu passer une communication sur « les murs de la gentillesse » en Suède, vu les températures actuelles, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose de semblable.»

Une heure a suffit pour peindre, fixer des vis en guise de patères et disposer les vêtements.

« Au préalable, nous avons été repérage, ce qui a été déterminant pour le choix du lieu, c’est la palissade en bois mais aussi qu’il y ait des personnes sans abri dans le périmètre.»  

Bonne pioche

A peine la palissade « habillée », l’équipe a rencontré un homme, intrigué puis ému par l’initiative. «Est-ce que je peux me servir ?...Vraiment ! » relate Orbiane.

Plus de 50 manteaux et une centaine d’accessoires pour lutter contre le froid ont été suspendus.

Si lundi soir, cet homme était le tout premier à faire vivre le mur, mardi matin ce sont les riverains, eux-mêmes, qui ont alimenté la réserve de vêtements.

C’est l’autre bienfait de ce mur, il permet à celles et ceux qui en ont la possibilité de faire preuve d’humanisme et de déposer des dons de manière spontanée.