Mal logement : les 5 alertes de la Fondation Abbé Pierre en Auvergne Rhône-Alpes

La Fondation Abbé Pierre dénonce les paradoxes de la politique de logement en France et alerte le gouvernement sur la nécessité de remettre le logement au centre de son projet de politique sociale et économique. 

Une étude inter-associative2, menée avec deux laboratoires de recherche (Ofce et Lab’Urba), a révélé en juin 2020 des résultats qui viennent confirmer l’existence d’un phénomène de discrimination économique dans l’accès au logement social des ménages à faibles ressources.
Une étude inter-associative2, menée avec deux laboratoires de recherche (Ofce et Lab’Urba), a révélé en juin 2020 des résultats qui viennent confirmer l’existence d’un phénomène de discrimination économique dans l’accès au logement social des ménages à faibles ressources. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Le nombre de SDF a doublé en neuf ans 

En 2021, la France compte 300 000 personnes sans domicile fixe. Un chiffre qui a été multiplié par deux depuis 2012. 18 500 personnes n'auraient pas de solution de logement dans la métropole de Lyon et 1800 dans la métropole grenobloise. Même si le nombre d'hébergements d'urgence a doublé, le 115 ne parvient toujours pas à répondre à toutes les demandes. 

 

17 000 bénéficiaires du RSA en plus en 2020 en Auvergne-Rhône-Alpes

Le chiffre a explosé avec la crise sanitaire. La Région Auvergne-Rhône-Alpes compte 11% de demandeurs du RSA en plus soit 17 000 bénéficiaires supplémentaires. Ces demandes varient beaucoup en fonction des territoires et reflètent des situations particulièrement difficiles en zones rurales. 

Les consultations liées à un impayé de loyer dans les services sociaux marquent une hausse significative de 21 % en Isère et de 55 % dans le Rhône et la métropole de Lyon. "Des gens frappés de plein fouet par la crise, en majorité locataires du parc privé, peu habitués à ce type de démarche sont venus s’informer – intérimaires, intermittents, personnes en contrat à durée déterminée, entrepreneurs – des situations nouvelles qui témoignent de leur crainte de basculer dans la précarité, démunis face à des échéances de loyer qu’ils peinent à honorer" décrit le rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre. 

Rapport 2021 de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement


Renforcer et soutenir les collectifs citoyens 

La fondation Abbé Pierre appelle le gouvernement à s'inspirer des initiatives citoyennes qui se sont multipliées ces cinq dernières années. Dans la Loire, le Rhône, l'Isère, 152 initiatives ont été recensées et viennent en aide à près de 3000 personnes. Ces collectifs d'habitants, associations ou écoles ont organisé des solutions locales. Souvent il s'agit de trouver un refuge chez l'habitant puis petit à petit de construire avec la personne sans domicile les conditions d'accès au logement. Plusieurs groupes ont même loué collectivement des appartements dans le parc privé. Ces actions doivent être soutenues et valorisées par les pouvoirs publics car elles démontrent l'efficacité de la logique du logement d'abord.

"Cet élan n'est pas passager. Il faut mettre en lumière ces pratiques nées au coin de la rue qui ont su dépasser les lourdeurs administratives et se mettre en action".

Véronique Gilet, Fondation Abbé Pierre Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Sur 9 dossiers 1 seul ménage aura un logement social 

Entre 2019 et 2020, le nombre d'attribution de logements sociaux a diminué de 24% dans le département du Rhône et la métropole de Lyon. 5500 logements sociaux de moins ont été attribués dans l'ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes. On compte 220 000 ménages demandeurs de logements sociaux, mais sur 9 demandes, seule une pourra obtenir une réponse positive. Un constat alarmant surtout dans les grandes villes comme Lyon ou Villeurbanne. 

A Lyon, une personne seule au SMIC ne peut pas se loger dans le parc privé compte tenu des tarifs locatifs très élevés.

Véronique Gilet directrice Auvergne Rhône Alpes de la Fondation Abbé Pierre. 

Ce rapport annuel pointe alerte notamment sur les effets de la crise sanitaires sur l'accès au logement en 2020
Ce rapport annuel pointe alerte notamment sur les effets de la crise sanitaires sur l'accès au logement en 2020 © Fondation Abbé Pierre

 

Des politiques centralisées, trop éloignées des réalités du terrain 

La fondation Abbé Pierre a voulu mettre l'accent sur les collectifs d'entraide citoyenne en partant notamment de ce chiffre : un demandeur d'asile sur deux est sans abri en France. Depuis 2015 et les vagues successives de crises migratoires,  le nombre de familles et de situations d'urgence a augmenté et une dynamique citoyenne s'est organisée. C'est le cas par exemple de l'Ouvre Porte qui met en place accueil citoyen organisé sous forme de boucles, plusieurs foyers accueillant à tour de rôle une même personne. Une association active à Grenoble, Lyon, Vienne, Villefranche-sur-Saône et Yzeron. 

 "Il faut mettre en lumière ces pratiques avec des gens qui ont vu les besoins au bout de leur rue et se sont dit "qu'est-ce qu'on peut faire ?" Certains ont contribué à louer des appartements, d'autres ont lancé des appels à don ou aidé pour la scolarisation des enfants. Cela peut prendre de nombreuses formes à condition de passer à l'action et de s'émanciper de politiques très centralisées et éloignées des réalités du terrain" conclut la directrice régionale Auvergne-Rhône-Alpes de la Fondation Abbé Pierre. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société logement insalubre solidarité économie sdf