Lyon : il accuse la police d'une "agression gratuite" pendant la manifestation

Arthur N., un jeune homme de 23 ans, explique avoir eu 9 dents cassées lors de brutalités policières subies en marge de la manifestation du mardi 10 décembre.  Après un simple sourire aux CRS.
Le jeune homme explique avoir eu 9 dents cassées après avoir subi des brutalités policières, lors de la manifestation de mardi 10 décembre.
Le jeune homme explique avoir eu 9 dents cassées après avoir subi des brutalités policières, lors de la manifestation de mardi 10 décembre. © Bastien Doudaine / FTV
Place Bellecour à Lyon, mardi 10 décembre, 14 heures. La manifestation lyonnaise contre la réforme des retraites se termine au son des tirs de bombes lacrymogènes et des cris hostiles des manifestants. C'est dans ce contexte qu'un jeune homme, Arthur N., subit des coups violents, notamment à la mâchoire, et se retrouve, en quelques secondes, avec 9 dents cassées. Il accuse les policiers de l'avoir agressé sans motifs. Des images montrent en partie la scène.

 

Attrapé et roué de coups

Un témoin, Bastien Doudaine, photographe amateur, a transmis ses clichés aux médias. On y voit le jeune homme se faire attraper par des agents de police. On aperçoit ensuite la victime à terre, et des CRS qui semblent lutter pour le maîtriser. D'autres photos montrent ensuite le jeune homme la bouche en sang, des dents cassées. La victime affirme avoir 9 dents cassées et une partie de la mâchoire supérieure touchée par un coup de matraque d'un policier. 5 clichés successifs témoignent - partiellement - du déroulé des faits :

 
On voit sur cette image Arthur N. se faire attraper par les policiers.
On voit sur cette image Arthur N. se faire attraper par les policiers. © Bastien Doudaine / FTV
Arthur N. est ensuite mis à terre et maîtrisé par au moins 4 policiers.
Arthur N. est ensuite mis à terre et maîtrisé par au moins 4 policiers. © Bastien Doudaine / FTV
Le jeune homme saigne ensuite de la bouche, et semble avoir été relâché par les forces de l'ordre.
Le jeune homme saigne ensuite de la bouche, et semble avoir été relâché par les forces de l'ordre. © Bastien Doudaine / FTV
Il aurait 9 dents cassées, selon son témoignage.
Il aurait 9 dents cassées, selon son témoignage. © Bastien Doudaine / FTV
Le jeune homme a évoqué une plainte, qui n'a pas encore été déposée selon nos informations.
Le jeune homme a évoqué une plainte, qui n'a pas encore été déposée selon nos informations. © Bastien Doudaine / FTV
 

Des heurts entre policiers et manifestants

Contacté, Arthur N. affirme être "tombé sur la manifestation par hasard, puis l'avoir suivie". Alors que le cortège arrive place Bellecour, il se trouve à proximité d'un petit groupe de syndicalistes de la CGT, juste après des tirs de lacrymogène qui émaillent la fin de manifestation. Des policiers et des syndicalistes s'invectivent alors verbalement. Cette altercation a été rapportée par nos confrères du Progrès lors de son suivi de la manifestation, qui évoquent alors "un groupe qui provoque". L'incident a déclenché des heurts entre manifestants et policiers.
 


"J'ai vu des jets de pierres et énormément de jets de lacrymo, j'ai voulu m'éloigner. Je me suis retrouvé à un endroit plus calme [de la place Bellecour], aux côtés de membres de la CGT", confirme le jeune homme. 

 

"Une agression gratuite" 

"J'ai entendu une réplique d'un syndicaliste envers les CRS, j'ai trouvé ça drôle, j'ai fait un grand sourire", explique Arthur N. "Un policier m'a alors attrapé par la capuche et m'a jeté contre une brigade de CRS. A ce moment-là, je ne comprends pas ce qui m'arrive. Ils me ruent de coups. Je reçois des coups dans les jambes, sur les côtes, et un coup de matraque en plein dans les dents. Puis ils me mettent au sol. Je me rappelle qu'un policier m'a dit "bien fait pour ta gueule". On m'a jeté au milieu de la cage aux lions, c'était une agression gratuite", ajoute-t-il. Le jeune homme relate qu'il a ensuite été laissé à terre par les policiers, avant d'être pris en charge par des "street medics". Il est ensuite emmené par les secours vers l'hôpital HEH de Lyon, qui constate que 9 dents ont été brisées, et que sa mâchoire supérieure a été également touchée.


Une enquête est ouverte

Arthur, qui devait commencer un emploi de saisonnier en station dans les prochains jours, passait par Lyon pour y voir ses proches. Pour l'heure, il reste sur place pour poursuivre les soins nécessaires. Il indique par ailleurs qu'il portera plainte dans la soirée ce mercredi 11 décembre. Contactée, la police confirme qu'il y a bien eu un blessé avec "des dents cassées, des hématomes à la mâchoire et à l'avant-bras". Elle ajoute n'avoir à ce stade aucun élément sur les circonstances de l'intervention. "Actuellement nous n'avons pas connaissance d'une plainte. Tout ce qu'on sait, c'est que ça s'est passé dans un moment confus", explique la DDSP du Rhône. Le parquet de Lyon annonce, ce soir, l'ouverture d'une enquête "suite aux déclarations du jeune homme"

 

Réactions sur les réseaux sociaux

Une vidéo circule sur Facebook. A partir de la 21ème minute, on peut voir la confusion lors de l'interpellation du jeune homme. La scène est cachée par de nombreux CRS qui font face aux manifestants. Quelques minutes plus tard, le cameraman semble lui-même être agressé par un policier, et se plaint de s'être "fait casser le poignet".
 

De son côté, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, a réagi sur Twitter. Evoquant le cas d'Arthur et celui d'un autre adolescent touché par un tir de LBD au visage lors de la manifestation du 6 décembre dernier, il a appelé la justice à "faire toute la lumière sur les circonstances" du drame.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers social police société sécurité