La marche pour le climat pour un réveil climatique

© Daniel Pajonk / France 3 Rhône Alpes
© Daniel Pajonk / France 3 Rhône Alpes

Pour la deuxième fois consécutive en cinq semaines, Lyon est à l'origine de la mobilisation des citoyens pour le climat. Lyon où près de 13 000 personnes défilent pour une prise de conscience sur la nécessité d'agir vite.

Par Daniel Pajonk

« On a compris qu’il y a des batailles que l’on doit gagner. » Vincent Verzat, l’initiateur de l’appel du 8 septembre dernier, espère, avec cette mobilisation faire changer les stratégies et les approches par rapport au réchauffement du climat. A Lyon, environ 13 000 personnes défilent pour rejoindre le parvis de la Métropole de Lyon. Un but de cortège symbolique mais aussi politique. « La Métro a entrouvert la porte il y a un mois. Mais il faut encore beaucoup de travail pour la faire ouvrir en totalité », glisse l’activiste youtuber qui s’est fait connaître après la démission de Nicolas Hulot, ex-ministre de la transition énergétique.
 
Vincent Verzat : " Aujourd’hui, on refait une action de mobilisation de masse. Après, le but c’est de rejoindre les différents combats qui existent, via la plateforme ilestencoretemps.fr " / © Daniel Pajonk / France 3 Rhône-Alpes
Vincent Verzat : " Aujourd’hui, on refait une action de mobilisation de masse. Après, le but c’est de rejoindre les différents combats qui existent, via la plateforme ilestencoretemps.fr " / © Daniel Pajonk / France 3 Rhône-Alpes

Créer un rapport de force pour des actes au lieu des paroles

Le collectif de 23 associations et de 3 partis politiques qui organisent cette marche nationale (86 villes participantes), veut que les engagements de la collectivité métropolitaine prenne ses engagements vis-à-vis du climat en 2030 et no pas 2050 comme le préconisaient les Accords de Paris il y a trois ans. Pour les manifestants, la participation de l’agglomération à la réalisation de l’Anneau des Sciences à hauteur de 3 milliards d’euros, n’est pas compatible avec un discours sur la réduction des gaz à effet de serre. Et ce alors que le Giec vient encore de tirer la sonnette d’alarme en réévaluant la hausse des températures dernièrement.

Il faut aller au-delà des Accords de Paris

« Si on intervient avant 2030, il y a moyen d’enrayer cette hausse », estime Maxime Forest, qui participe aux rencontres avec la Métropole sur le Plan climat Air Energie Territoires (plan climat).
Actuellement, sont en discussion les actions qui pourraient être conduites par la collectivité sur la décennie 2020 – 2030. Les différents engagements devant donner lieu à la concrétisation des premières actions. Un premier vote est prévu en mars prochain. Commencera alors la fixation noir sur blanc des objectifs et des opérations concrètes sur la décennie.
 
© Daniel Pajonk / France 3 Rhône Alpes
© Daniel Pajonk / France 3 Rhône Alpes

"La Métropole peut le faire"

Autre point sur lequel les « marcheurs pour le climat » sont arc-boutés, celui de la participation citoyenne dans l’élaboration des différents volets du plan. David Kimelfeld, le président de la Métropole lyonnaise, aurait promis de faciliter l’accès des citoyens aux propositions. « Nous ne voulons pas parler des militants écologistes, mais des familles, des gens qui se sentent concernés et qui ont adhéré à Enercoop, pour consommer davantage d’électricité issue des énergies renouvelables », fait remarquer Maxime Forest. Là aussi, les organisateurs considèrent que les collectivités pourraient, elles également, opter pour ces choix « verts » et vertueux.
 
Marche pour le climat Lyon

Sur le même sujet

Les + Lus