Métropole de Lyon : les travaux de prolongement du métro B troublent le sommeil de riverains

Des vibrations, un bruit inhabituel... Depuis le 3 février et l'arrivée du tunnelier creusant le prolongement du métro B, certains habitants d'Oullins font état de nuisances nocturnes. Le Sytral, syndicat des transports lyonnais, le reconnait sans difficulté. Explications.

Roue de coupe du tunnelier baptisé Coline, avec ses dents et molettes qui creusent la roche.
Roue de coupe du tunnelier baptisé Coline, avec ses dents et molettes qui creusent la roche. © Julien Sauvadon

Certains ont cru que leurs voisins faisaient une fête un peu trop bruyante. D'autres ont pensé à un tremblement de terre. A Oullins, la nuit du 2 au 3 février, n'a pas été des plus calmes pour certains habitants. Impressionnés par les vibrations, voire un peu apeurés, certains ont même choisi d'aller dormir ailleurs, nous rapporte une éducatrice en charge de jeunes sur la commune. Mais quelle est donc l'origine de ce tohu-bohu ? Et bien, c'est l'arrivée d'une machine de 122 mètres de long, baptisée Coline. C'est le tunnelier qui, depuis novembre 2019, creuse jusqu'à 25 mètres de profondeur, dans le cadre du chantier du prolongement du métro B.

Deux à trois jours de nuisance, sans danger pour le bâti et la santé

Il faut le savoir, Coline ne s'arrête quasiment jamais. La machine fonctionne sept jour sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. "Pour éviter les tassements et assurer la sécurité des bâtiments", expliquele directeur opérationnel du métro B au sein du Sytral.

Aujourd'hui la machine est en train de creuser dans le sous-sol et, comme pour une perceuse dans un mur, elle crée des vibrations. Il se trouve qu'en ce moment, on creuse sur du granit, un matériau dur. La machine est en train de le rogner, entraînant ces vibrations plus importantes que dans les semaines passées.

Rodolphe Munier, Sytral

Réunions d'information, journée portes ouvertes ont été organisées avant le lancement de ce vaste chantier. À cela, il faut désormais ajouter sur son site internet, un message en forme d'excuses. Le Sytral, le Syndicat des transports de Lyon se veut rassurant auprès des riverains. "On entend qu'ils ressentent des nuisances parce que ça vibre, on ne peut pas le contester. Mais il n'y a absolument aucun risque, ni pour les riverains, ni pour les immeubles", poursuit Rodolphe Munier.
En fait, l'arrivée du tunnelier sur ce bloc de granit ne pouvait être prévue au moment près. Les études et analyses géologiques préalables et les sondages du sous-sol ont, certes, montré qu'il y aurait du granit sur la route de Coline. "Mais on ne savait pas exactement à quel endroit et quand on allait rencontrer cette roche. Mais on sait, qu'on rencontrera cette même problématique plus tard sur le chantier".

Un chantier sous haute surveillance

Des capteurs, des équipements de mesure ont été installés jusqu'en haut des immeubles qui longent le chemin souterrain du tunnelier. "Le bruit et les vibrations" engendrés par les travaux, sont mesurés quotidiennement. Et le niveau de ces nuisances se situe "bien en-dessous des seuils réglementaires", précise le Sytral.

"On surveille les immeubles en permanence avec des équipements qui permettent de vérifier que cela ne bouge pas. On a très peu de tassements, de l'ordre de 2mm, ce qui est extrêmement faible par rapport aux travaux habituels". Reste ces vibrations. Qui devraient durer "deux à trois jours", le temps pour Coline de s'éloigner. Mais sachez que le tunnelier avance à la vitesse moyenne de 70 mètres par semaine.

Le Sytral insiste, ce chantier de prolongement du métro B a été conçu de manière à réduire les nuisances et être efficace. Le tunnelier a ainsi été "construit sur mesure", en fonction du sol rencontré sur son tracé. Quant au déroulement des travaux, à Oullins, il a été convenu d'attaquer la création de la future station en posant la dalle de béton du dessus, et de creuser ensuite. Une manière d'étouffer le bruit.

Coline doit arriver au mois de mars dans cette future station de métro d'Oullins. Le prolongement de la ligne B, entre Oullins et Saint-Genis-Laval, devrait être terminé pour la fin 2023. Que les riverains se rassurent, "le métro sera monté sur pneus, et la pose de voies est faite pour amortir les vibrations",  ils ne le sentiront donc pas passer. Et comme nous l'a déclaré une habitante d'Oullins, grand sourire aux lèvres :  "de toutes les façons, on n'a rien sans rien. On va avoir la chance d'avoir le métro à proximité dans le quartier. Donc à partir de là, on accepte ces contraintes". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société travaux publics métro transports transports en commun