Métropole de Lyon : menacé de décapitation, le maire de Bron "n'a pas peur et ne va pas reculer"

"On va te décapiter" a-t-il été inscrit sur une pallissade de chantier de Bron, le 22 octobre 2020. Jérémie Bréaud, le maire LR de Bron, est pour la deuxième fois menacé de mort en l'espace d'une dizaine de jours. L'élu, placé sous protection, va poursuivre sa politique pour la tranquilité publique.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © L. Crozat
Des tags menaçant le maire de Bron ont une nouvelle fois été découverts ce jeudi 22 octobre 2020. "On va te décapiter" a-t-il été inscrit sur une palissade de chantier entourant une unité de construction vouée à la démolition, ainsi que sur le mur de la médiathèque de Bron. C'est la deuxième fois, en l'espace d'une dizaine de jours, que Jérémie Bréaud est la cible de menaces de mort.

Jérémie Bréaud placé sous protection

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a immédiatement réagi à cette annonce. "Á ma demande, le Préfet va saisir la justice et prévoir une protection de l’élu", a indiqué Gérald Darmanin dans un message posté sur Twitter. "Soutien à ce maire, comme à tous les élus vicitimes de menaces", conclut le ministre de l'Intérieur.
Le maire de Bron a quant à lui porté plainte, en son nom et celui de la ville, dans la matinée de ce 22 octobre 2020.
   

"Je n'ai pas peur, on ne va pas reculer"

La violence des termes de la menace a certes "stupéfait" l'équipe municipale. Mais Jérémie Bréaud a immédiatement indiqué son "refus de se laisser impressionner". L'élu LR a repris le cours de son agenda du jour, et compte bien poursuivre "la politique de rétablissement de la tranquilité" dans sa commune de Bron.
 

On essaye de reconquérir des territoires perdus. Jusqu'à maintenant, on fermait les yeux pour acheter la paix sociale. Pour moi, ce n'est plus possible qu'une minorité d'individus puisse pourrir le quotidien de la majorité silencieuse. Soit on ne fait rien comme ce fût le cas pendant des années, soit on dit qu'il y en a marre. Moi j'ai été élu pour agir. Je n'ai pas peur, on ne va pas reculer.

Jérémie Bréaud, sur France 3 Rhône-alpes, le 23 octobre 2020



À Bron, Jérémie Bréaud, maire Les Républicains, affiche une certaine fermeté, notamment depuis le mois de septembre. La lutte contre le trafic de drogue, les rodéos et les incivilités répétées à l'occasion de mariages, fait partie des priorités de l'élu de la Métropole de Lyon. Le maire de Bron avait déjà été la cible de menaces. "Il y en aura certainement d'autres, mais j'assume", a déclaré Jérémie Bréaud.
 
durée de la vidéo: 01 min 32
La réaction de Jérémie Bréaud, le maire de Bron, après la menace de décapitation

"Les sanctions pénales contre les atteintes aux personnes exerçant, ici un mandat, doivent plus que jamais être renforcées par des vraies sanctions pénales et non par un simple rappel à la Loi" déclare l'élu brondillant, dans un communiqué en date du 22 octobre 2020.

Rappelant que beaucoup trop de maires ont déjà été agressés, soit par écrit, soit verbalement ou physiquement, Jérémie Bréaud estime que "cette situation n'est plus tolérable". 
 

Tollé général après cette menace de décapitation


Cette menace de décapitation a suscité de nombreuses réactions scandalisées. Exemple avec le syndicat Synergie. "Le maire de Bron menacé de décapitation, ainsi que les membres de la police municipale. Opérations stups qui dérangent, refus des dérives et rodéos lors de mariages... la fermeté ne plait pas. Les élus sont désormais des cibles", écrit le syndicat qui représente le Corps de commandement de la Police nationale.
   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité justice les républicains politique