Métropole de Lyon : la polémique enfle dans l'affaire de Bruno Bernard et son oncle à la tête d'un office HLM

L'opposition reproche à Bruno Bernard, président EELV de la Métropole de Lyon, d’avoir placé son oncle à la tête du bailleur social Grand Lyon Habitat, et d’avoir fait voter une subvention à l’association dont le même oncle est président. 
La polémique enfle autour de la nomination de l'oncle de Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, à la tête de l'office HLM de la collectivité. Photo d'archive.
La polémique enfle autour de la nomination de l'oncle de Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon, à la tête de l'office HLM de la collectivité. Photo d'archive. © P Desmazes / AFP

La polémique enfle à la Métropole de Lyon et vient de prendre une nouvelle tournure, judicaire.

Cette semaine, la conseillère métropolitaine Dominique Nachury (Les Républicains), a effectué un signalement par écrit au procureur pour dénoncer la nomination de François Thévenieau comme représentant de la collectivité au conseil de Grand Lyon Habitat. Il a été élu président de cet office HLM. Le 30 septembre dernier, elle avait déjà déposé un recours au Tribunal Administratif de Lyon,

L'oncle et le neveu

François Thévenieau est surtout l'oncle de Bruno Bernard, le nouveau président (EELV) de la Métropole.

"Cela fragilise inutilement les relations entre la Métropole et son office HLM" nous a affirmé Mme. Nachury. "Tous les liens financiers peuvent être sujet à contestation."

L'élue d'opposition pointait également du doigt une subvention de près de 400.000 euros à l'association Alynéa, présidée par le même François Thévenieau. A noter toutefois que d'autres subventions ont été accordées dans le passé, avec la précédente majorité, à cette association.

"Cela fragilise toutes les relations"

Pour Dominique Nachury, "j'ignorais le lien de parenté entre les deux hommes. Ce n'est pas une attaque sur leur honnêteté. Mais cela fragilise toutes les relations. On l'a signalé dès le début, et on nous a dit qu'il n'y avait pas de problèmes juridiques. Mais il y a forcément une relation financière avec le budget de la Métropole. Aujourd'hui notre organisation est transparente et rigoureuse. C'est fragile au niveau juridique. Avec 73 conseillers métropolitains chez EELV, il doit bien y avoir des gens de grande qualité pour présider cet office. Quand on donne des leçons à tout le monde, il faut être prudent. Ce recours est fait pour évacuer tous les problèmes. On peut même imaginer qu'il y ait des recours à chaque vote."

Contacté, Bruno Bernard a décidé de ne faire aucun commentaire sur ce sujet.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique polémique société europe écologie les verts