Métropole de Lyon : transports gratuits pour près de 130 000 personnes démunies à partir du 1er janvier 2021

Ce lundi 23 novembre, le Sytral a décidé de voter la gratuité des transports en commun pour les publics les plus démunis. Deux nouveaux abonnements solidaires vont être disponibles à partir du 1er janvier 2021. Un abonnement gratuit et un abonnement solidaire à tarif réduit.
Métropole de Lyon : transports gratuits pour près de 130 000 personnes démunies à partir du 1er janvier 2021. Ce sont près de 70 000 personnes qui devraient aussi bénéficier du tarif solidaire réduit à 10 euros mensuel
Métropole de Lyon : transports gratuits pour près de 130 000 personnes démunies à partir du 1er janvier 2021. Ce sont près de 70 000 personnes qui devraient aussi bénéficier du tarif solidaire réduit à 10 euros mensuel © MAXPPP
C'était une promesse de campagne des Verts et de Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon : la gratuité des transports en commun pour les plus démunis. La mesure a été votée ce lundi matin, 23 novembre, par le conseil syndical du Sytral. Elle va entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2021. 
 

Gratuité ou tarif réduit pour 200 000 personnes  

"La tarification solidaire d’aujourd’hui, proposant quatre types d’abonnements, en fonction des statuts des bénéficiaires, se voit simplifiée en abonnement solidaire gratuit ou abonnement solidaire réduit (au tarif unique de 10€/mois)," indique le Sytral, autorité organisatrice des transports en commun de la Métropole, dans un communiqué ce lundi 23 novembre. Ces abonnements solidaires seront accessibles sur justificatifs.

Prendre un bus, un métro ou un tramway, sans débourser un centime. Cette mesure de gratuité devrait bénéficier à près de 130 000 personnes en grande précarité dans la Métropole de Lyon. Quant au tarif solidaire à 10 euros par mois, il pourrait profiter à 70 000 personnes. "Ainsi, près de 200 000 personnes disposant de plus faibles ressources pourront bénéficier d’un tarif solidaire gratuit ou d’un tarif solidaire réduit," est-il précisé. 

Le président EELV de la Métropole de Lyon, également Président du Sytral, voit dans "le développement des transports en commun le moyen le plus efficace pour réduire les inégalités territoriales et sociales" et défend "l'accession de tous aux transports en commun".  Pour Bruno Bernard, la gratuité des transports en commun lyonnais " touche beaucoup de monde, les bénéficiaires du RSA et leurs enfants, ça touche les personnes âgées qui ont le minimum vieillesse ou encore les bénéficiaires de l'allocation adulte handicapé."

Nous assumons au niveau politique et financier ce choix qui est une première pour un grand réseau de transports en commun : la gratuité pour les plus précaires.

Bruno Bernard, Président de la Métropole; président du Sytral


Critique dans l'opposition


Le coût de la mesure de gratuité devrait être compris entre 10 et 12 millions d'euros. Mais certains opposants à Bruno Bernard dénoncent une mesure électoraliste. C'est notamment le cas du maire Les Républicains de Rillieux-la-Pape, Alexandre Vincendet : "Là, on oppose ceux qui travaillent et qui vont payer et ceux qui sont en situation précaire et qui ne payeront pas." L'élu précise : "La gratuité, c'est déresponsabiliser. Je pense qu'une somme même modique est nécessaire pour que chacun puisse bien prendre conscience que derrière des dépenses extrêmement importantes, il y a aussi des contribuables. Et ça fait partie de la solidarité que nous devons tous assumer."

Pour les autres usagers, Bruno Bernard a par ailleurs annoncé le gel de tous les autres tarifs d'abonnement ainsi que du ticket unitaire, qui restera à 1,90 euros en 2021. 

 

►Qui pourra bénéficier de la gratuité?

Les personnes qui touchent le RSA et leurs enfants jusqu'à l'âge de 18 ans, les bénéficiaires de l'Allocation Adulte Handicapé (AAH), les bénéficiaires de l'Allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), les personnes qui touchent l'Allocation aux personnes âgées (ASPA), les demandeurs d'asile et leurs ayants droit, les demandeurs de titre de séjour, les personnes mal-voyantes ou encore mutilés de guerre ou du travail de plus de 65 ans. 

►Qui pourra bénéficier de l'abonnement solidaire réduit à 10 euros mensuels?

Les publics concernés sont les personnes non-imposables et bénéficiaires d'une allocation Pôle Emploi, des personnes en Contrat "Parcours Itinéraire emploi renforcé", les jeunes chômeurs âgés de 18 à 24 ans, les collégiens et lycéens boursiers, les personnes non imposables de 65 ans et plus, ou encore les anciens combattants et veuves d'anciens combattants de 65 ans et plus... etc. 

L’abonnement solidaire sera chargé sur une carte Técély nominative avec photo qui devra être validée à chaque montée. A l’instar des autres abonnements, cette carte permet de circuler sur l’ensemble des lignes du réseau TCL. Leur validité s’étendra de 6 mois à 5 ans selon les statuts respectifs de chacun. 

►Comment se procurer son abonnement solidaire?

Les abonnés solidaires actuels qui sont éligibles à l’abonnement gratuit recevront dès le début du mois de décembre un courrier d’information les invitant à réaliser leur demande en ligne sur le site des TCL ou par correspondance. Les abonnés ayant effectué ces démarches avant le 7 décembre 2020 recevront leur carte Técély gratuitement à domicile d’ici le 31 décembre.

Les abonnés qui bénéficient déjà d'un tarif solidaire et qui sont éligibles à l’abonnement solidaire réduit recevront également un courrier d’information. Ils n’auront pas de démarches complémentaires à effectuer. Si leur abonnement était mensuel, il suffira de charger comme d’habitude l’abonnement Tarif Réduit sur un distributeur TCL ou dans un Point service et les données du dossier s’actualiseront automatiquement. Si leur abonnement était en prélèvement automatique, ils recevront un courrier les informant des modifications d’échéancier.

Les personnes ne disposant pas d’abonnement mais qui souhaiteraient bénéficier d'une tarification solidaire peuvent consulter le site internet des TCL ou se rendre en agence pour retirer un formulaire. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie politique société solidarité transports en commun polémique