Meurtre barbare de la Croix-Rousse : l'auteur présumé de la vidéo interpellé

Le 5 Mars les policiers découvraient le corps d'un homme de 28 ans avec 8 coups de couteau dans le corps. / © T.Swiderski
Le 5 Mars les policiers découvraient le corps d'un homme de 28 ans avec 8 coups de couteau dans le corps. / © T.Swiderski

En mars dernier, un meurtre barbare avait été commis à la Croix-Rousse. Un homme avait été torturé et poignardé à mort. Les images avaient diffusées sur les réseaux. Trois personnes avaient été arrêtées en Espagne. En octobre, c'est l'auteur présumé de la vidéo qui a finalement été interpellé.

Par Dolores Mazzola

En mars dernier,  le corps ligoté et sans vie d'un homme avait été découvert par la police dans un appartement de la rue Jean-Baptiste Say, dans le 1er arrondissement de Lyon. L'homme avait été lardé de coups de couteau. Il s'agissait d'Ahmed Kourak, un Algérien de 28 ans, défavorablement connu des services de police.

C'est une connaissance de la victime qui avait donné l'alerte après avoir vu de terribles images circuler sur les réseaux sociaux. L'homme avait été filmé alors qu'il était torturé et poignardé par plusieurs individus. La victime, Ahmed Kourak aurait été torturée et tuée pour un motif dérisoire : une affaire de téléphone portable. La vidéo insoutenable du meurtre avait notamment été adressée à la famille du jeune homme. Les policiers du Rhône avaient appelé à ne pas relayer ces contenus.

Selon le Progrès, l'auteur présumé de cette vidéo sanglante a été arrêté le 6 octobre dernier. L'individu aurait été reconnu dans la rue, près de la place Gabriel-Péri, quartier de la Guillotière, par la deuxième victime. Ce dernier, blessé avait réussi à prendre la fuite le soir du drame. Le suspect a été maîtrisé à l'issue d'une bagarre et conduit au commissariat de la place Bahadourian. Le Progrès révèle qu'il a été mis en examen dans l'instruction ouverte pour "meurtre avec actes de barbarie". L'individu, qui aurait reconnu avoir filmé le carnage et l'avoir diffusé, aurait agit sous la menace selon ses dires. 

Quelques semaines après les faits, ce sont trois individus avaient été arrêtés en Espagne, près de Valence. Ces trois hommes qui se déclaraient migrants et mineurs ont été extradés vers la France. Tous les protagonistes de cette sordide affaire, qui sont originaires de Mostaganem en Algérie, sont à présents identifiés. L'enquête se poursuit. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus