Cet article date de plus de 5 ans

Mobilisation contre la Loi Travail : nouvelle manifestation à Lyon ce mardi

Les opposants à la loi travail vont à nouveau battre le pavé ce mardi, jour de vote du texte au Sénat. Une mobilisation qui intervient à la veille de rencontres avec Manuel Valls. Une manifestation a eu lieu ce matin à Lyon entre la place Jean Macé (7e) et la préfecture du Rhône.
Lancée il y a quatre mois, la mobilisation contre la loi travail continue de faire affluer des mécontents. La précédente manifestation, le 23 juin dernier, a réuni, dans toute la France, 70 000 personnes selon la police, 200 000 selon les organisations.

La mobilisation en baisse à Lyon

A Lyon, la manifestation de la semaine dernière, qui s'est déroulée entre la Manufacture des Tabacs et la place Maréchal-Lyautey (6e) avait rassemblé entre 3200 (selon la police) et 8000 personnes (selon les organisateurs). Alors que le texte de loi doit être voté au Sénat, l’intersyndicale locale (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, CNT et CNT-SO) a appellé à battre le pavé une nouvelle fois dans les rues de Lyon. Ce sont 2000 manifestants selon la police, 7000 selon la CGT qui ont défilé dans les rues de Lyon ce mardi 28 juin. Cette nouvelle journée de mobilisation contre le projet de loi travail à Lyon sera-t-elle la dernière ?
durée de la vidéo: 00 min 44
Mobilisation contre la Loi Travail : la manifestation lyonnaise du 28/6/16 ©France 3 RA


Le texte poursuit son parcours au Parlement...

Ce 28 juin marque la date du vote solennel du Sénat pour adopter une nouvelle version du texte, plus libérale. Il sera voté à 18H00 au Sénat, chambre à majorité de droite. Le verrou des 35 heures a sauté, la généralisation de la garantie jeunes a été supprimée, le compte personnel d'activité a été partiellement vidé et le plafonnement des indemnités prudhommales (à 15 mois de salaires) rétabli. Cette nouvelle mouture du texte retournera ensuite à l'Assemblée nationale en juillet prochain, où la loi pourra être définitivement validée. Lors de cette nouvelle lecture par les députés à partir du 5 juillet, le gouvernement n'exclut pas de recourir à l'article 49-3. D'ores et déjà, les syndicats ont prévenu qu'ils poursuivraient leur mobilisation, notamment en septembre, si le gouvernement ne bouge pas.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loi travail économie social