Cet article date de plus de 5 ans

Musée des tissus de Lyon menacé de fermeture: la CCI en appelle à l'Etat

La Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Lyon Métropole, qui n'a plus les moyens de gérer l'emblématique musée des Tissus de Lyon, demande à l'État de s'engager financièrement, avant fin mars, pour le sauver.
"La région Auvergne-Rhône-Alpes comme les industriels du textile se sont engagés. C'est à l'État de se poser comme chef de file et s'engager financièrement pour sauver ses musées", a déclaré mardi le président de la CCI, Emmanuel Imberton.

Le musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, qui renferme l'une des plus remarquables collections de tissus au monde, est menacé de fermeture car la chambre consulaire va perdre près de 40% de ses ressources fiscales en trois ans et devoir faire de lourds arbitrages budgétaires.

Vendredi 22 janvier, le préfet de Rhône-Alpes a réuni les acteurs locaux, les industriels, la CCI et la direction des musées du ministère de la Culture. Tous ont convenu qu'il fallait relancer ce musée avec une nouvelle gouvernance collective qui réunirait plusieurs partenaires, selon le préfet qui a précisé que cela pourrait difficilement se concrétiser avant un an.

Mais pour la CCI, ce sera trop tard. "On va voter le budget 2016 le 14 mars et je ne suis plus en mesure d'assurer le financement du musée pour l'année. Il faut une solution de transition", plaide Emmanuel Imberton en souhaitant un engagement du musée du Louvre dans ce sauvetage.

UNITEX, qui rassemble les professionnels du textile de la région lyonnaise, appelle également l'Etat à s'engager dans un communiqué publié ce mardi 26 janvier car "le musée des Tissus constitue la plus riche collection au monde en matière de tissus, selon les propos mêmes de la directrice des Musées de France".

Par ailleurs, les professionnels du textile régional, regroupés sous la bannière UNITEX, on fait savoir dans ce même communiqué qu'ils "s’engageaient à créer une fondation privée qui aura pour objet de collecter des fonds destinés à financer le développement du Musée des Tissus : acquisitions de pièces, organisation d’expositions, promotion du Musée des Tissus et de ses activités, dès lors que les pouvoirs publics accepteront d’assumer la tutelle de ce Musée."


Le musée des Tissus a besoin pour fonctionner de 2,5 millions d'euros par an. Selon les recettes de billetterie, la CCI y participe à hauteur de 1,5 à 1,7 million. Ce musée est le seul géré par une Chambre de commerce et d'industrie en France, exception due au passé industriel de la ville qui fut un temps la capitale mondiale de la soie.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture