#noussommesprêts pour le 19 mai : la Ville de Lyon présente la "rentrée des artistes" et du monde de la culture

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yannick Kusy

"On ne refermera plus les lieux culturels" a affirmé l'adjointe au maire de Lyon en charge de la culture Nathalie Perrin Gilbert, faisant référénce à une récente décision du Conseil d'Etat. Elle présente la réouverture des lieux culturels et annonce une Fête de la musique exceptionnelle d'un mois !

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

C'est à la Halle Tony Garnier que cette présentation du programme de réouverture des lieux culturels lyonnais, sous le mot-clé #noussommesprêts, a été proposée autour de l'adjointe au maire en charge de ce secteur à la Ville de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert. Un choix tout aussi pratique -sa taille permet aisément de maintenir les distances sanitaires- que symbolique : l'immense salle ne retrouvera pas,  une activité avant le mois de septembre.

"Certes, ce n'est pas la Halle Tony Garnier qui ouvrira la première à Lyon ce 19 mai 2021, car on attend encore un grand nombre d'informations de la part du Ministère. Mais nous sommes à vos côtés, et, bientôt, elle ouvrira. Et on hâte de venir ici pour des concerts. Et je sais que vous vous préparez avec impatience" a expliqué l'élue aux dirigeants du site, dont Thierry Pilat, le futur directeur en poste. 

Face à la presse, les représentants de l'ensemble des structures, institutions, et organisations du monde du spectacle et de la culture à Lyon. "On a tous souffert d'isolement et de distanciation. Même si, les uns et les autres, nous avons tout de même tâché de garder du lien, de beaucoup échanger, et de réfléchir ensemble. Ce n'est pas seulement une crise sanitaire, c'est aussi une crise de sens, qui nous demande de nous réinventer, de changer nos pratiques et nos modes de fonctionnement" a d'abord souligné l'adjointe au maire qui a abordé plusieurs thèmes d'actualité.

Des propositions pour libérer les lieux culturels "occupés"

Parmi ces thèmes, l'actuelle occupation des lieux culturels, parmi lesquels l'Opéra de Lyon, dont la Ville espère obtenir la libération totale, après avoir mené des négociations avec les protestataires. "J'ai rencontré le collectif à trois reprises avec le cabinet de Grégory Doucet. Je leur ai demandé de quitter les lieux, pour que l'Opéra puisse reprendre sa programmation, et accueillir l'ensemble des équipes et les répétitions."

Mais l'élue précise que des propositions ont été faites en échange : "Nous soutenons un certain nombre de leurs revendications. Nous sommes aussi préoccupés par la précarité des artistes et des étudiants. La question de la réforme d'assurance-chômage, qui va pénaliser plus d'un million de personnes parmi les plus précaires... plutôt que de s'attaquer à l'exil fiscal, par exemple..." déplore Nathalie Perrin-Gilbert.

"Mais je rappelle que nous partageons aussi une autre revendication qui est le redémarrage de la vie culturelle. Et donc nous avons proposé de mettre à la disposition des occupants un lieu de travail où ils pourront continuer à se réunir, et porter leurs propositions. Qu'ils puissent tenir des assemblées générales et des prises de parole, en amont de certains spectacles."

Pour l'heure, sans résultat : "la réouverture, c'est demain. le dialogue n'est pas coupé. Et j'espère que l'on arrivera à trouver une solution par le haut." conclue-t-elle, en précisant qu'elle ne s'est pas fixée de date limite, ni envisagé, pour le moment, d'évacuation forcée.

Une année de soutiens financiers directs de la Ville aux acteurs culturels

Durant toute la période de confinement en 2020, la Ville de Lyon rappelle qu'elle a apporté des aides au secteur culturel. Un fonds d'urgence d'un montant de 4 millions d'euros a été voté le 30 juillet dernier "Les trois quarts de ce fonds ont déjà été distribué aux équipes, en guise de sauvetage de certains lieux et pour quelques artistes. La Ville de Lyon s'est distinguée d'autres collectivités en distribuant ainsi des aides directes" souligne l'adjointe au maire.

D'autres formes de soutien ont été effectuées. En particulier, la somme de 50 000 euros a été attribuée en mars à un fonds d'aide pour porter les cafés-culture, avec la contribution de l'Etat. "Il a permis à certains lieux de restauration de financer la venue d'artistes pour animer leur salles ou terrasses, tout en les rémunérant correctement. Ce sera un coup de pouce supplémentaire à tous les lieux qui rouvrent à partir de ce mois de mai" se réjouit la Ville. 

Par ailleurs, la Ville de Lyon a également procédé à des commandes publiques en opérant l'achat d'oeuvres, vouées à être exposées à ciel ouvert : "Une autre manière de garder le contact avec le public" ajoute Nathalie Perrin-Gilbert, qui met en avant d'autres initiatives à venir "sur la politique d'acquisition 2021, le Musée d'art contemporain a acheté des oeuvres qui ont pu être exposées en début d'année. C'est une aide concrête à des artistes qui ne sont pas intermittents et qui n'ont aucun filet de sécurité."

Un mois entier de Fête de la musique en 2021 à Lyon

Au total en 2020, 138 structures ont ainsi été soutenues par la Ville pour un montant total de 1,646 million d'euros dans le cadre du fonds d'intervention culturel et du fonds des musiques actuelles. "En 2021, ces enveloppes vont augmenter de plus de 24%, soit 650 000 euros dédiés au soutien à la création" annonce l'élue qui souhaite lui apporter une aide pérenne.

Un appel à projets pour des scènes-découverte sera publié en septembre 2021. Au passage, Nathalie Perrin-Gilbert annonce une Fête de la musique particulière cette année "Elle durera un mois à Lyon, du 21 juin au 31 juillet. Nous vous en reparlerons très bientôt". 

Enfin une "charte de coopération culturelle" est annoncée "avec l'ensemble des institutions" en septembre 2022 par l'élue en charge de la cullture. "Elle comprendra l'ensemble des lignes directrices de notre politique culturelle pendant ces cinq années à venir. Nous allons en construire les lignes fortes ensemble, et pouvoir ainsi rayonner sur l'ensemble de la ville, tous arrondissements confondus" est-il expliqué. 

je pense qu'avec cette jurisprudence, qui date de cet hiver, les lieux qui vont maintenant rouvrir... ne pourront plus être refermés

Nathalie Perrin Gilbert, Adjointe au maire en charge de la culture à Lyon

L'adjointe au maire de Grégory Doucet a osé un pari audacieux sur l'avenir et n'a pas hésité à lancer un message à l'ensemble des acteurs culturels présent concernant leur avenir : "Un certain nombre d'associations et de lieux culturels ont interrogé la Conseil d'Etat sur la fermeture des lieu culturels. Et je pense qu'avec cette jurisprudence, qui date de cet hiver, les lieux qui vont maintenant rouvrir... ne pourront plus être refermés. Sauf en cas de confinement généralisé. On est vraiment repartis pour rester ouverts quoi qu'il arrive. Je crois qu'il est vraiment important que l'on s'appuie sur cette jurisprudence pour, enfin, nous projeter ensemble et redémarrer une vie culturelle. Elle ne sera pas la même, elle sera forcément différente. Mais elle sera, j'en suis sûre, encore plus riche."