Pass sanitaire : Les soignants de Lyon organisent un pique-nique en attendant le verdict du Conseil constitutionnel

Alors que le Conseil constitutionnel doit se prononcer dans la journée sur la loi sanitaire, deux syndicats organisent un pique-nique revendicatif sur les berges de Lyon ce jeudi 5 août 2021. Les deux organisations dénoncent l'obligation faite aux soignants de se faire vacciner contre le Covid.
Une centaine de personnels de l'Hôpital Edouard Herriot de Lyon se sont rassemblés ce 5 août 2021 avant de gagner le lieu du pique-nique organisé à l'appel de la CGT et de SUD. Les soignants dénoncent l'obligation vaccinale contre le Covid.
Une centaine de personnels de l'Hôpital Edouard Herriot de Lyon se sont rassemblés ce 5 août 2021 avant de gagner le lieu du pique-nique organisé à l'appel de la CGT et de SUD. Les soignants dénoncent l'obligation vaccinale contre le Covid. © M. Aïssou

D'abord rassemblés aux portes de l'Hôpital Edouard Herriot, dans le 3e arrondissement de Lyon, une centaine de personnels soignants ont pris la direction des berges du Rhône à Lyon ce jeudi 5 août 2021. Un "pique-nique revendicatif" est organisé à l'appel des syndicats SUD et CGT, sur le quai Augagneur, à proximité de la préfecture d’Auvergne-Rhône-Alpes. Objectif : dénoncer une nouvelle fois l’obligation vaccinale des soignants, alors que le Conseil constitutionnel doit se prononcer ce même jour sur la loi sanitaire. 

Attente de la décision du Conseil constitutionnel

Plusieurs saisines ont été enregistrées au Conseil constitutionnel concernant la loi relative à la gestion de la crise sanitaire Covid, adoptée le 25 juillet 2021 par les parlementaires. L'institution garante de la Constitution et des libertés fondamentales doit valider, ce jeudi 5 août 2021, tout ou partie de la loi instituant le pass sanitaire, et l'obligation faite aux soignants d'être vaccinés sous peine d'être mis à pied.

À Lyon, cette obligation vaccinale a fait l'objet d'un préavis de grève au sein de l'Hôpital Edouard Herriot. Depuis le 29 juillet, des agents hospitaliers débrayent, se rassemblent pour dire non à la contrainte et à la menace de sanction. La section syndicale SUD de l'établissement dénonce également la mise en place du pass sanitaire à l'entrée de l'hôpital.

Une centaine de manifestants

Les manifestants se sont rassemblés aux portes d'HEH, place d'Arsonval. Le cortège s'est ensuite élancé en direction du quai Augagneur, côté Rhône et 3e arrondissement de Lyon où est organisé le pique-nique. Alexandre travaille en hôpital psychiatrique et s'inquiète de l'obligation du pass sanitaire pour y entrer. "On travaille beaucoup avec les familles, et à compter du 9 août elles ne pourront plus rentrer dans l'hôpital si elles ne sont pas vaccinées".

Pour les patients en psychiatrie, il y a parfois de l'isolement, de l'exclusion sociale. Ils ont parfois qu'une seule visite par semaine. Et si cette personne n'est pas vaccinée, elle ne pourra pas rentrer les voir.

Lors de ce pique-nique revendicatif, les soignants ont été rejoints par des quidams venus apporter leur soutien, ou encore exprimer leurs propres convictions liées au respect des libertés. 16 heures, déception. Le Conseil constitutionnel vient de rendre sa décision. L'obligation vaccinale pour les soignants et autres professions en contact avec des publics fragiles est validée par les Sages. La menace de sanction n'est pas écartée non plus. Le Conseil constitutionnel a ainsi validé la procédure de suspension du contrat de travail sans rémunération pour un salarié ne pouvant justifier d'un pass sanitaire. En revanche, le licenciement des salariés en contrat à durée déterminée (CDD) a été censuré. Tout comme l'isolement des cas positifs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société justice manifestation économie social