Plus les voitures sont grosses et plus c'est cher, nouveaux tarifs du stationnement à Lyon

Depuis ce mardi 11 juin, le tarif du stationnement évolue à Lyon. De nouveaux critères sont établis, en fonction des revenus familiaux, mais également en fonction du véhicule. La volonté politique affichée par les écologistes est de limiter les véhicules trop polluants dans le centre de la ville.

Depuis ce mardi 11 juin, les automobilistes découvrent les nouveaux tarifs du stationnement à Lyon. Une tarification unique sur toute la ville, avec trois tarifs. "Une nouvelle forme de politique publique", selon l'adjoint en charge des mobilités à la ville.

Des tarifs à la baisse et à la hausse

Très concrètement, il y aura désormais trois tarifs, un "réduit", un "standard" et un "majoré".

Pour les résidents : les revenus et la composition familiale seront pris en compte pour éventuellement bénéficier d'un tarif mensuel à 15 euros. Selon la mairie, 50 % des foyers fiscaux devraient pouvoir y prétendre. Également concernés par ce tarif, les véhicules électriques et les voitures dont le poids est inférieur à 1000 Kg.

Pour ceux qui ne rentrent pas dans ces critères, le tarif passera de vingt euros à trente euros par mois, en tarif "standard". Il ira jusqu'à quarante-cinq euros pour le tarif "majoré", c’est-à-dire les véhicules thermiques de plus de 1525 Kg.

Pour les visiteurs, une grande majorité verra les tarifs augmenter. Selon le type de véhicule, ils iront de 1 euro à 3 euros l'heure de stationnement.

L'objectif, c'est de développer les alternatives à la voiture et d'inciter à l'achat de véhicule plus sobre. On dit que vous pouvez utiliser votre véhicule, mais lors d'un renouvellement, il faudra privilégier une voiture propre et plus légère.

Valentin Lugenstrass, adjoint (Les écologistes) au maire de Lyon, en charge des mobilités

"Lutter contre la pollution"

Ce matin, dans les rues de Lyon, les avis sont partagés. "Dans l'idée, c'est logique, mais moi, par exemple, j'ai besoin d'une grosse voiture pour transporter du matériel" explique une automobiliste dans cet extrait vidéo.

durée de la vidéo : 00h00mn23s
Une automobiliste dit comprendre la logique, mais trouve dommage de taxer les plus gros véhicules. ©Mathieu Boudet, France 3 Rhône-Alpes

Un autre automobiliste trouve "cela très bien, ça va lutter contre la pollution". Un homme, au volant, explique en cherchant une place qu'il trouve le tarif trop élevé : "mais on n'a encore pas le choix" ajoute-t-il.

"Ces méchants Français"

Pour Yves Carra, porte-parole de "Mobilités Club France", Paris a fait la même chose pour "ces méchants Français qui achètent des grosses voitures", dit-il en souriant. Il explique que les habitants sont de plus en plus éloignés des centres-villes et qu'il faut bien pouvoir se déplacer, même s'il existe d'autres modes comme les transports en commun ou la marche. Mais souvent, "ils n'ont pas le choix", selon lui.

Sous couvert de bonnes idées et de bons sentiments, en réalité, on augmente plus qu'on ne baisse. Tout est fait pour sortir la voiture du centre de Lyon. Mais aujourd'hui, 80 % des trajets se font encore en voiture, c'est qu'il y a bien une raison.

Yves Carra, porte-parole "Mobilités Club France

Horodateurs intelligents

La ville de Lyon, sur son site internet, propose "un simulateur pour accompagner la mise en place de la nouvelle politique de stationnement".

Le paiement des nouveaux tarifs se fera de façon automatique sur les horodateurs. En donnant votre numéro de plaque d'immatriculation, l'appareil aura accès aux informations de la carte grise. Il vous donnera, en fonction de votre véhicule, le prix à payer.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité