Pollution de l’air en Auvergne-Rhône-Alpes : une série de mesure pour limiter l’émission de polluants

Ce samedi 13 janvier, le seuil d’alerte de niveau 1 de pollution aux particules fines a été franchi en Auvergne-Rhône-Alpes. En conséquence, une série de mesures a été mise en place par les préfectures de plusieurs départements.

Un épisode de pollution hivernale aux particules fines est en cours en Auvergne-Rhône-Alpes. Ce samedi 13 janvier, le seuil d’alerte de niveau 1 a été franchi. Pour rétablir la situation, les préfectures du Rhône, du Puy-de-Dôme, de l'Isère, de la Loire et de l'Ain ont mis en place une série de mesures d’urgence « pour répondre de manière spécifique à cet épisode et réduire les émissions de polluants », indique la préfecture du Puy-de-Dôme dans un communiqué. Ces mesures sont en place depuis la mi-journée.

Voici les règles imposées telles que présentées dans le communiqué :

Mesures relatives au secteur du transport

  • les contrôles de pollution des véhicules sont renforcés ;
  • un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré sur tous les axes routiers du département où la vitesse limite autorisée est supérieure ou égale à 90 km/h, pour tous véhicules à moteur (sur les routes à 130 km/h, la vitesse est abaissée à 110kmh/h ; sur les routes à 110 km/h, la vitesse est abaissée à 90 km/h ; sur les routes à 90 km/h, la vitesse est abaissée à 70kmh/h) ;
  • les axes dont la vitesse autorisée est égale à 80 km/h seront limités à 70 km/h ;
  • les limitations de vitesse inférieures à 80 km/h restent inchangées.

Mesures relatives au secteur industriel

  • réduction des émissions de particules des établissements industriels.
  • les opérations émettrices de COV doivent être reportées à la fin de l’épisode: travaux de maintenance, dégazage d’une installation, chargement ou déchargement de produits émettant des composés organiques volatils en l’absence de dispositif de récupération des vapeurs, etc.
  • les opérations émettrices de particules ou d’oxydes d’azote doivent être reportées à la fin de l’épisode en l’absence de dispositif de traitement adéquat.

Mesures relatives aux chantiers BTP et carrières

  • toute entreprise dont l’activité sur les chantiers est génératrice de poussières doit la réduire ;
  • l’usage des engins de manutentions thermiques devra être limité au profit d’engins électriques ;
  • l’usage des groupes électrogènes n’est autorisé que pour satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité.

Mesures relatives au secteur résidentiel

  • L’utilisation du bois et de ses dérivés comme chauffage individuel d’appoint est interdite ;
  • Les travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non électriques ou avec des produits à base de solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis) doivent être reportés à la fin de l’épisode de pollution. La mesure s’applique dans les espaces verts et jardins publics, mais également dans les lieux privés ;
  • La température des bâtiments doit être maîtrisée et réduite.

Mesures relatives au secteur agricole

  • La pratique de l’écobuage est totalement interdite. Les éventuelles dérogations sont suspendues.
  • Le brûlage des sous-produits agricoles et forestiers est interdit. Les éventuelles dérogations sont suspendues.
  • Par temps sec, le nettoyage de silos et les travaux du sol sont reportés.
  • L’enfouissement immédiat des effluents est rendu obligatoire.

Mesures relatives aux spectacles pyrotechniques

  • Les feux d’artifices sont interdits durant l’épisode de pollution.

Les personnes vulnérables et sensibles sont invitées à observer les recommandations sanitaires ci-après :

  • éviter les activités physiques intenses ;
  • reporter les activités qui demandent le plus d’effort ;
  • s’éloigner des grands axes routiers aux périodes de pointe ;
  • demander conseil en cas de gêne respiratoire ou cardiaque.

Et en règle générale :

  • privilégier les sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • limiter les activités physiques intenses.

Les mesures seront en vigueur jusqu’à la fin de l’épisode de pollution. À noter qu'à Lyon, le Parti Communiste demande "la mise en place de la gratuité totale des transports en commun dans toute la Métropole sur les réseaux TCL et TER" afin de limiter l'émission de polluants des véhicules individuels, indique le PCF de Lyon dans un communiqué. "Permettre à toutes et tous, de prendre les transports librement en cas de pollution constituerait une première étape et un signe fort d’engagement en faveur d’une meilleure qualité de l’air", affirme le PCF, ajoutant que d'autres grandes villes comme Lille ou Nice ont mis en place des mesures similaires.