Pourquoi le calendrier du déconfinement ne fait pas sauter de joie dans les cafés, restaurants et discothèques

Que ce soit à Lyon, Paris, Marseille ou Brest, tout le monde attendait le calendrier de déconfinement établi par Emmanuel Macron. Qui va pouvoir se déconfiner et sous quelles conditions ? Dans les cafés, bars et restaurants, la fête s'annonce-t-elle d'ores et déjà morose ? #OnVousRépond.

Covid-19 / Les terrasses comme celle de ce restaurant à la Croix-Rousse à Lyon vont pouvoir rouvrir à la date du 19 mai 2021. C'est ce qui est prévu dans le calendrier de déconfinement par étapes voulu par le président de la République, Emmanuel Macron.
Covid-19 / Les terrasses comme celle de ce restaurant à la Croix-Rousse à Lyon vont pouvoir rouvrir à la date du 19 mai 2021. C'est ce qui est prévu dans le calendrier de déconfinement par étapes voulu par le président de la République, Emmanuel Macron. © Richard Mouillaud/MaxPPP

Emmanuel Macron a dévoilé le calendrier de déconfinement par étapes. À partir du 3 mai 2021, les restrictions de déplacement en journée vont être levées. Pour le reste, il va falloir encore un peu. Voire beaucoup pour certains. Le 19 mai, les commerces vont rouvrir. Ainsi que les terrasses avec des tables de six personnes maximum. "En France, seul un quart des bars et restaurants sont équipés" de cet espace d'accueil de clients en extérieur, précise le président de l'Union des Métiers et Industries de l'Hôtellerie du département du Rhône. Autant dire que la fête du déconfinement dans ces établissements n'est pas pour tout de suite.

Restaurateurs, cafetiers et leurs employés : "beaucoup sont déjà à bout"

Thierry Fontaine se fait le porte-voix d'une lassitude générale chez les professionnels indépendants de l’hôtellerie, de la restauration, des bars, des cafés, des brasseries et du monde de la nuit. Et la réouverture annoncée des terrasses au 19 mai 2021 risque fort de ne pas suffire pour maintenir la tête hors de l'eau. "En centre-ville, bon nombre d'établissements ne disposent que d'une terrasse d'appel. Il y a deux trois tables en extérieur, mais plusieurs dizaines de couverts en intérieur. La question qui se pose, c'est ouvrir pour faire dix couverts au lieu de soixante, est-ce que ça vaut le coup ?".

Ce que le président de l'UMIH du Rhône souhaite faire comprendre, c'est que rouvrir un établissement avec les mêmes charges, en faisant 10 ou 20% de son chiffre d'affaires d'avant la crise sanitaire, ce n'est tout simplement pas tenable. Surtout que les professionnels du secteur attendent de connaître la nouvelle mouture des aides dont ils pourront bénéficier.

Moi, je ne suis pas en cuisine. J'ai un chef-cuisto à payer. Si je fais dix couverts en terrasse au lieu de la centaine que je faisais avant, je me retrouve pendu financièrement parlant.

Thierry Fontaine, président de l'UMIH du Rhône

À cela s'ajoute la nécessité de négocier avec les municipalités pour obtenir l'extension des terrasses, sans parler de leur gratuité. Et l'autre source d'inquiétude, c'est également la problématique des employés. "Malgré ce début de réouverture annoncé, beaucoup nous disent "j'arrête", voire qu'ils préfèrent rester au chômage", s'inquiète le restaurateur.

Discothèques toujours fermées : "la France va être l'Ehpad de l'Europe"

Le calendrier du déconfinement en 4 étapes, décidé par Emmanuel Macron, se termine au 30 juin 2021. Et à cette date-là, toujours aucune perspective de réouverture des discothèques. Thierry Fontaine est propriétaire de deux établissements de nuit. Fermés depuis déjà quinze mois. Avant de connaître les annonces de déconfinement du président de la République, le représentant des professionnels indépendants espérait une reprise d'activité dans le monde de la nuit à la date du 15 juillet. "Le ministère de la Santé préfèrera plutôt septembre". Thierry Fontaine a sans doute vu juste.

Les autres pays d'Europe rouvrent les discothèques. Si elles restent fermées cet été en France, les jeunes vont partir ailleurs, à Ibiza pour faire la fête. Ils partent déjà faire leurs études, travailler ailleurs... au final ils ne reviendront que pour voir leurs parents de temps en temps, et la France sera l'Ehpad de l'Europe.

Thierry Fontaine, propriétaire de restaurants et discothèques à Lyon

► Les doléances des patrons de bar et de restau peu entendues

"L'économie va-t-elle gagner ? Va-t-on nous imposer des jauges draconiennes ?" Ce 28 avril 2021 au matin, le président lyonnais des professionnels indépendants de l’hôtellerie, de la restauration, des bars, des cafés, des brasseries et du monde de la nuit attendait encore les réponses à ces questions. Quelques heures plus tard, elles sont connues :

Pas vraiment de quoi faire tout le monde sauter de joie. Surtout que Thierry Fontaine affirme que la phase de "négociation" entre les professionnels et les autorités a disparu. "Rien depuis trois semaines" nous dit-il. "Le président de la République envoie un ministre tâter le terrain. Ministre qui envoie ses collaborateurs. L'échange se limite à écouter une fois nos arguments. Et les dés sont jetés". Des terrasses ouvertes après le long week-end du pont de l’Ascension ? Sur ce calendrier, l'UMIH n'a donc pas été entendue. Et il reste encore à connaître les jauges qui seront autorisées en fonction de la situation sanitaire. À Lyon, Thierry Fontaine s'inquiète déjà : "on a gagné la Ligue des Champions sans avoir à la jouer", commente-t-il en regardant l'actuel niveau des indicateurs de l'épidémie de Covid dans le département du Rhône.

Pour tout savoir sur ce déconfinement en quatre étapes, à compter du 3 mai 2021, cliquez ici. Et pour toutes vos questions, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société crise économique économie covid-19 santé #onvousrépond