Réanimation saturée : les Hospices Civils de Lyon transfèrent des patients

Les transferts s'organisent de nuit, de préférence par la route, depuis le 16 octobre 2020. La direction des Hospices Civils de Lyon reconnait une occupation de plus de 95% au sein du service de réanimation à l'hôpital Edouard Herriot. Certains patients ont été transférés vers la Savoie.

Les services de réanimation sont sur la corde raide aux Hospices Civils de Lyon, selon les soignants qui se sont mobilisés le 19 octobre 2020 à l'appel de la CGT. Plus de 95% des lits de réa sont occupés à l'hôpital Edouard Herriot.
Les services de réanimation sont sur la corde raide aux Hospices Civils de Lyon, selon les soignants qui se sont mobilisés le 19 octobre 2020 à l'appel de la CGT. Plus de 95% des lits de réa sont occupés à l'hôpital Edouard Herriot. © Joël Philippon/MaxPPP
À l'hôpital Édouard Herriot, indéniablement, la situation se tend. Tous ne sont pas malades Covid, mais au 19 octobre 2020, la direction des Hospices Civils de Lyon reconnait une occupation de "96 à 98% des lits de réanimation" au sein du groupement hospitalier centre de Lyon.
Résultat : avec 58 hospitalisations supplémentaires en l'espace de deux jours,  il a fallu penser au transfert de patients dès la fin de semaine précédente. Des transferts qui s'organisent de nuit, avec le Samu et l'aide des sapeurs-pompiers selon la direction de l'hôpital, vers Chambéry (Savoie).

La direction dit avoir répondu aux grévistes

"Les commandes de matériels manquants ont été passées et envoyées". "Respirateurs et extracteurs sont en nombre suffisant". "Dix semaines d'avance de stock". La direction des HCL se veut rassurante alors que la CGT Santé appellait à des débrayages ce 19 octobre 2020, pour dénoncer la situation dans les services de réanimation de Lyon.

"Intérim, recrutements en interne, réserve sanitaire, retraités, renforts du privé".... La demande de déprogrammation des interventions de chirurgie non-urgentes dans tous les établissements de soins du territoire permettent d'assurer les renforts de personnels soigants.
 
Ce lundi matin, aux portes de l'hôpital Edouard Herriot, l'action était symbolique. Des drapeaux de la CGT accrochés à l'entrée d'HEH. Sept grévistes selon la direction des HCL "sur plus de 200 salariés en réanimation".
À Lyon Sud, 19 grévistes étaient également comptabilisés sur cette journée de mobilisation du 19 octobre. Les soignants des services de réanimation des Hospices Civils de Lyon se disaient déjà à bout de souffle face à la seconde vague de l'épidémie de coronavirus Covid-19.
 
durée de la vidéo: 01 min 37
Situation Covid Réanimation au sein des HCL, 19 octobre 2020
 

Les jours qui viennent sont anticipés, d'une part du fait de la déprogrammation qui va nous permettre de poursuivre ce renfort en capacité humaine mais également pour accompagner les personnels en service de réanimation. C'est la même gymnastique, je dirais, qui va se passer sur les lits de médecine aussi. C'est une période assez tendue, qui va nécessiter d'avoir un coup d'avance sur le dispositif à mettre en place.

Valérie Durand-Roche, directrice du groupement hospitalier Centre aux HCL





Dans le département du Rhône, 128 malades Covid étaient hospitalisés en service de réanimation au 19 octobre 2020. Huit décès supplémentaires liés à la maladie ont été enregistrés en l'espace de 24 heures.
 

Les médecins lancent un appel solennel à la population


"Appel à nos concitoyens : nous avons besoin d’union nationale", tel est le titre de la pétition lancée par les médecins de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Inquiets de la dégradation rapide des indicateurs sur la Covid-19 et des impacts sur le système de soins, les représentants médicaux ont lancé un appel solennel à la population.
 

Nous sommes inquiets de la situation sanitaire de notre pays. Car nous médecins, pouvons témoigner de la souffrance que nous prenons en charge tous les jours. Mais nous sommes aussi inquiets de la désunion qui semble s’installer parmi nos concitoyens. Je suis attristé de certaines prises de parole de personnalités publiques qui semblent ne pas vouloir comprendre la gravité de la situation. Je sais que les mesures sont difficiles pour beaucoup de nos concitoyens. Mais si nous ne luttons pas tous ensemble, ce sera pire.

Pr Olivier Claris, président de la Commission médicale d’établissement des Hospices Civils de Lyon

Mardi 20 octobre 2020, la pétition mise en ligne enregistrait plus de 350 signatures.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société social économie