RETRAITES. Motions de censure : votera, votera pas, la position des députés LR entre Rhône et Loire

Deux motions de censure ont été déposées pour tenter de renverser le gouvernement, au lendemain de sa décision d'utiliser le 49.3 pour faire passer la très contestée réforme des retraites qui a déclenché manifestations de colère et actions coup de poing. Le vote de ces motions se déroule ce lundi 20 mars à l'Assemblée nationale : comment vont se prononcer les députés LR ?

C'est une journée décisive à l'Assemblée nationale. Ce lundi à partir de 16h, deux motions de censure contre le gouvernement d'Élisabeth Borne seront présentées aux députés. L'une a été déposée par le Rassemblement National et l'autre, transpartisane, par le groupe Liot en riposte au déclenchement du 49.3.

Cosignée par des députés de la Nupes, la motion Liot (Libertés, Indépendants Outre-mer et Territoires) a davantage de chances d'être votée par des élus de droite défavorables à la réforme des retraites. Mais la barre de la majorité absolue de 287 voix paraît difficile à atteindre.

Ces motions ont peu de chances d'être votées malgré la colère dans le pays qui ne faiblit pas. Depuis jeudi, des rassemblements organisés ou spontanés se déroulent sur tout le territoire, dans le calme ou avec des débordements. L'utilisation de l'article 49.3 de la Constitution ouvre aujourd'hui la voie à l'adoption définitive de la réforme des retraites 

Pour faire basculer le gouvernement, il faudrait qu'une trentaine de députés LR, soit la moitié du groupe, joignent leurs suffrages à ceux de la gauche, du RN et de Liot. Qui votera la censure ? Rien n'est encore acquis.  

Qui votera la censure chez les LR ?

Dans les 5 départements de Rhône-Alpes, seul le député LR ardéchois Fabrice Brun s'est dit prêt à voter la censure ce lundi. Dans une récente déclaration, le parlementaire de la 3e circonscription de l'Ardèche, n'avait pas caché son hostilité lors de l'utilisation de l'article 49.3. Dans un message publié sur les réseaux sociaux, Fabrice Brun, avait écrit : "je trouve inacceptable, honteux, que le gouvernement nous prive de vote, nous les députés, en déclenchant l’article 49-3 sur un texte aussi important que les retraites pour le quotidien de nos concitoyens. C’est un bras d’honneur adressé à la représentation nationale et aux Français." Il avait indiqué : "A situation exceptionnelle, réaction exceptionnelle. Au-delà des étiquettes, je suis prêt à voter la censure"

Datan, site de vulgarisation parlementaire, fait le point sur les députés LR les plus opposés à la majorité Renaissance. Ce sont ceux qui ont souvent voté contre le groupe de la majorité présidentielle en séance publique sur la réforme des retraites. Selon le site, 22 élus LR "pourraient soutenir la motion".

Opposés à la réforme des retraites

Qui sont les élus LR qui, même opposés à la réforme, ne voteront pas pour la censure ? Rien n'est encore certain. Du côté du député de la 4e circonscription de la Loire, Dino Cinieri, qui s'était prononcé contre la réforme, c'est l'incertitude. 

La députée drômoise Emmanuelle Anthoine figure aussi sur la liste des "dissidents indéterminés". Jeudi 16 mars, sur sa page Facebook, la députée LR de la 4e circonscription, Emmanuelle Anthoine a déploré l'utilisation de l'article 49.3, allant jusqu'à évoquer "un acte autoritaire". A propos de la réforme des retraites, elle n'a pas non plus caché son opposition : "Je souhaitais pouvoir voter, voter CONTRE cette réforme, que je juge particulièrement mal venue dans le contexte de multi-crises que nous connaissons, mais aussi brutale et injuste". 

Le député de la 6e circonscription de la Loire, Jean-Pierre Taite, également président du parti Les Républicains dans la Loire, avait récemment affiché son opposition au texte de la réforme des retraites et à l'allongement de deux années de la période d'activité. Il expliquait assumer complètement un vote "contre" le texte. Le député LR ligérien votera-t-il la censure ? Rien n'est certain. 

"Emmanuel Macron doit entendre la colère du pays car au delà de la réforme des retraites, ce qui se passe c’est la colère face à la fracture territoriale : désertification médicale, insécurité galopante, immigration non maitrisée, système éducatif à bout de souffle, etc..." avait déclaré le député ligérien Antoine Vermorel Marques le 17 mars dernier.  

Le député de l'Ain, Xavier Breton, ne votera pas la censure ce lundi. Pourtant, si le vote du projet de loi avait eu lieu, le 16 mars dernier, l'élu aindinois aurait voté contre la réforme des retraites. Sur le recours à l'article 49.3, le député de la 1ère circonscription de l'Ain a déploré cette décision de l'exécutif : "prendre une telle décision à quelques minutes de la séance (elle a d’ailleurs commencé en retard pour cette raison) n’a fait qu’aggraver la tension."

Pourquoi Nathalie Serre votera contre la censure ?

Dans le Rhône, la députée LR Nathalie Serre explique sa position dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux ce lundi matin. Elle revient sur la motion de censure du groupe Liot, "complétée par la Nupes". "Imaginons que la motion de censure passe et qu'on fasse tomber le gouvernement. Le président de la République a deux solutions : dissoudre l'assemblée. Je ne crois pas qu'il le ferait (...). Deuxième solution : prendre un Premier ministre dans le groupe qui a fait tomber son gouvernement (...) Je ne veux pas qu'il y ait un gouvernement dirigé par quelqu'un de la Nupes (...) Je me refuse à cette extrémité-là, c'est pourquoi je ne voterai pas cette motion de censure". 

Les députés LR sont apparus divisés sur le texte, pourtant  façonné par leurs collègues LR du Sénat. Une division qui a pesé sur la décision de l'exécutif d'avoir recours au 49.3. Une division qui pourrait laisser des traces au sein de ce parti. Le député LR du Rhône Alexandre Vincendet, de son côté, n'écartait pas le risque d'un éclatement du parti.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité