Rhône : plusieurs fusions de communes au 1er janvier au nord de Lyon

Deux regroupements de communes ont officiellement vu le jour ce 1er janvier dans le Beaujolais au nord de Lyon. Il s'agit de Belleville-en-Beaujolais et de Deux-Grosnes, qui regroupe 7 anciennes petites communes. On compte 36 nouvelles communes issues de fusions dans la région Auvergne-Rhône-Alpes
© Christian Conxicoeur/ France 3 Rhône-Alpes
A Monsols en ce 1er janvier, c'était un peu le sujet du jour. Monsols, petite commune de 914 habitants dans le Haut Beaujolais s'appelle officiellement désormais Deux-Grosne. La commune s'est entendue pour se regrouper avec 6 autres communes : Avenas, Ouroux, St Jacques-des-Arrêts, St Christophe, St Mamert et Trades. Une nouvelle commune de près de 1950 habitants qui élira son nouveau maire samedi 5 janvier. 
Sept communes déléguées seront conservées et le nouvel exécutif municipal comprendra 70 conseillers. 

Les habitants de ces sept communes garderont leurs écoles, leurs mairies pour les démarches administratives. Mais cela permettra aux élus de mutualiser les moyens comme de souscrire à un seul contrat d'assurance par exemple. Et en perspectives des prochaines élections municipales de 2020, il devenait de plus en plus difficile pour les plus petites communes comme à St Mamert, de trouver 11 candidats par liste électorale.

Le reportage à Monsols d'Emilie Henny et Christian Conxicoeur, France 3 Rhône-Alpes

 

 

L'année 2019 voit naitre 36 nouvelles communes, issues comme Deux-Grosnes de fusions : 1 dans le Cantal, 8 en Savoie, 2 en Haute-Savoie et 6 en Isère, 7 dans l'Ain, 4 en Ardèche, 2 dans la Drôme, 2 dans la Loire et 4 dans le Rhône.
Et ne cherchez pas le nouveau panneau "Deux-Grosnes" : il n'existe pas encore!
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique aménagement du territoire environnement société