• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Rome : le cardinal Barbarin, “un cas délicat pour le Vatican”

Philippe Barbarin et le Pape François lors de la conférence des évêques du 26 avril 2017 / © UPDATE IMAGES PRESS/MAXPPP
Philippe Barbarin et le Pape François lors de la conférence des évêques du 26 avril 2017 / © UPDATE IMAGES PRESS/MAXPPP

Pour le journaliste italien Iacopo Scarmuzzi, spécialiste du Vatican, le cas du Cardinal Barbarin est particulièrement délicat pour Rome. Accepter sa démission pour le Pape, reviendrait à accepter que la carrière d'un évêque soit décidée par la justice civile. 

Par Alexandra Marie

Reçu lundi matin par le Pape François, Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, est venu à Rome présenter sa démission après avoir été condamné à six mois de prison  pour "non dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans" 
 


Pour Iacopo Scarmuzzi, journaliste italien et spécialiste des actualités liées au Vatican, le cas de Philippe Barbarin est très délicat pour le Saint Siège. 
Iacopo Scaramuzzi
Pour ce journaliste italien le cardinal Barbarin est "un cas très délicat à traiter pour le Pape François"  - S.Cozzolino/T.Swiderski


"La décision du tribunal correctionnel de Lyon va être prise en compte" explique Iacopo Scarmuzzi, "car les faits sont très graves. Mais le "cas" Barbarin est unique, car accepter la démission d'un archevêque sans procès canonique indépendant reviendrait à accepter que la carrière d'un archevêque soit décidée par la justice civile. Le Pape se retrouve aujourd'hui entre ses deux exigences."

A Rome, aux abords de la basilique Saint Pierre, la plupart des fidèles et des visiteurs que notre équipe sur place a rencontré sont d'avis que le Pape doit accepter cette démission. 

"Les abus sur les enfants, c'est intolérable, et s'il faisait un autre métier, en pareilles circonstances, il serait en prison" tranche une touriste allemande. 
"J'ai grandi dans le catholicisme, raconte un père de famille. Et une des raisons pour lesquelles j'ai pris mes distances, c'est le nombre de scandales sexuels qui touchent l'Eglise. Accepter cette démission, pour moi c'est le strict minimum, et bien plus doit être fait partout dans le monde." 

Sur le même sujet

Dimanche en Politique, l'Europe un booster pour l'Auvergne

Les + Lus