Saint-Priest (Rhône): le groupe CarPostal va t-il être revendu par sa maison mère?

CarPostal, basé à Saint-Priest (Rhône), va t-il être vendu? Deux enquêtes ont révèlé l'existence de caisses noires et de subventions illégales dans les comptes de CarPostal en Suisse. La filiale française gère de nombreuses lignes de bus dans toute la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Par Renaud Gardette avec AFP

Le vice-président de La Poste Suisse a démissionné alors que la société, dont l'Etat suisse est propriétaire, est engluée dans un scandale après la découverte de comptes cachés dans sa filiale CarPostal spécialisée dans le transport interurbain.

Il y a une semaine, la directrice de la société, Susanne Ruoff, avait elle-aussi démissionné, poussée par le Conseil d'administration.

Ce scandale n'est pas sans conséquence côté français car La Poste Suisse a décidé de revoir complètement son organisation, chargeant sa direction "d'examiner un retrait programmé de l'activité du transport de voyageurs en France", la vente étant "une option".

Dans une déclaration envoyée dimanche à l'AFP, La Poste Suisse annonce qu'elle "prend acte de la démission" de son vice-président Adriano Vassalli, en charge du comité d'audit, des risques et de la conformité. Son départ prendra effet lors de l'Assemblée générale le 26 juin, mais "le conseil d'administration discutera des mesures à prendre lors d'une réunion extraordinaire la semaine prochaine", précise La Poste Suisse.

Des caisses noires chez CarPostal en Suisse


Deux enquêtes, mandatées par La Poste Suisse, dont une indépendante, ont confirmé la constitution de caisses noires qui ont permis pendant des années à CarPostal d'encaisser illégalement des subventions en cachant ses bénéfices réels.

Selon La Poste Suisse, ces "deux documents mettent clairement en lumière la gravité des irrégularités dans la pratique comptable chez CarPostal, la persistance de cette pratique pendant plusieurs années et la manière dont les manipulations ont été exécutées".

Selon les rapports des experts, les écritures comptables illicites ont permis à CarPostal de cacher près de 78,5 millions d'euros (90,9 millions de francs suisses) de 2007 à 2015.

C'est en 2012 que le surveillant des prix au sein des autorités suisses a adressé ses premiers courriers à CarPostal, émettant des doutes sur leur comptabilité. En février 2018, après une longue enquête, l'Office fédérale des transports a rendu publiques les manipulations illégales de CarPostal, une révélation qui s'est suivie des départs forcés de son directeur général et de son directeur financier.

Lundi 18 juin, tous les membres de la direction en Suisse de CarPostal ont été suspendus avec effet immédiat.

Une enquête officielle
de la justice suisse est maintenant en cours.

Un Comité de groupe en France

Au siège de CarPostal France à St-Priest, aucune réaction officielle ce mardi 19 juin, mais selon nos informations, un Comité de groupe a été mis en place, pour rassurer et informer les salariés en interne. L'éventuelle vente de la société est bien sûr dans tous les esprits.

Selon nos sources, les deux enquêtes lancées à l'initiative de la Poste Suisse, auraient vérifié les comptes de la société française, et auraient confirmé l'absence de toute irrégularité chez CarPostal France. Ces vérifications auraient également confirmé la bonne santé financière de la société et sa rentabilité.

La réaction du groupe CarPostal

Dans un communiqué, la filiale française précise que "dans le cadre d’un audit relevant du droit des subventions, l’Office Fédéral des Transports Suisse a formulé de graves reproches à l’encontre de CarPostal Suisse SA, révélant des irrégularités dans ses pratiques comptables, allant à l’encontre des directives de la Confédération.

Pour faire toute la lumière sur les faits, la Poste Suisse, a mandaté une enquête indépendante qui lui a permis également de réinterroger la stratégie de CarPostal. A la publication des résultats de cette enquête, le Conseil d’Administration vient d’annoncer ses orientations, assorties d’un ensemble de mesures opérationnelles. Elles concernent la démission de la Directrice Générale de La Poste, le renouvellement de l’ensemble du comité de direction de CarPostal Suisse et la réorganisation du Groupe CarPostal, avec une volonté de recentrage en Suisse sur le transport régional de voyageurs et le transport urbain.

CarPostal réaffirme que tous les contrats de prestation sont et seront honorés et que la participation aux appels d’offres se poursuivra. Néanmoins, dans le cadre de la réorganisation de CarPostal Suisse, la direction générale examinera aussi l’option d’une éventuelle cession de CarPostal France.

Au regard de ces orientations données par son actionnaire unique, CarPostal France poursuit donc son activité conformément à ses plans, avec les mêmes objectifs de qualité et la même recherche de performance."
Lyon: MALVERSATION SOCIETE TRANSPORT CAR POSTAL
Au coeur d’un scandale financier d’ampleur, elle pourrait mettre en vente son activité de transport de voyageurs en France. Le siège se trouve à St-Priest, près de Lyon. Les explications de Renaud Gardette et Sylvie Adam  - France3 RA - Renaud Gardette et Sylvie Adam

 

L'implantation de CarPostal dans notre région

Créé en 2004, CarPostal France est spécialisé dans le transport urbain en villes moyennes et le transport interurbain. Il gère actuellement 8 réseaux urbains, 7 lignes Express, des lignes interurbaines régulières, des services scolaires, des prestations touristiques et du transport à la demande. CarPostal France emploie quelques 1.200 collaborateurs, exploite un parc de plus de 720 véhicules et réalise un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros.

Haute-Savoie: CarPostal est en charge de l’exploitation du service Proxim’iTi. Ce service de transport à la demande, renouvelé en 2016, est situé à 45 minutes de Genève, à La Roche-sur-Foron. Il est organisé par le Syndicat Mixte des 4 Communautés de Communes (SM4CC) regroupant 35 communes adhérentes.

Isère:  CarPostal Interurbain gère 7 Lignes Express du Département de l’Isère (3 sur le secteur de Grenoble, 3 sur l’axe Bourgoin-Jallieu / Lyon et l’EXP-4 entre Crémieu et Lyon) ainsi que plusieurs lignes secondaires et scolaires reliant les villes du Nord-Isère à Bourgoin-Jallieu. Grindler, société située dans le Sud-Grenoblois, a été intégrée au Groupe en 2015. Avec une forte notoriété sur le segment du transport occasionnel / tourisme, Grindler exploite aussi plusieurs lignes pour le réseau urbain de la TAG (Grenoble) et pour le compte du Conseil Départemental de l’Isère. G’R4, société crée en septembre 2015 par Car-Postal avec trois partenaires, gère le contrat de la Communauté de Communes du Grésivaudan constitué de lignes urbaines, secondaires et scolaires et de TAD.

Loire: CarPostal Loire est issue de la reprise, en Mars 2012, du groupe familial Rochette. La filiale est dotée de plusieurs dépôts dans le département. Elle effectue de nombreuses lignes régulières et scolaires. Elle produit une activité de transport touristique avec 8 véhicules.

Bourg-en-Bresse:  le réseau TUB offre des lignes régulières, à vocation scolaire, des transports à la demande, sur 15 communes. 

Villefranche-sur-Saône: le Réseau Libellule a été reconduit pour 6 ans à compter du 1 er janvier 2016 pour accompagner le SYTRAL dans la mise en place de sa politique de transport. A compter du 29 août 2016, le réseau Libellule dessert l’ensemble du territoire de la Communauté d’Agglomération de Villefranche-sur-Sâone, soit 20 communes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans l'Allier, un ancien policier crée un refuge pour les ânes

Les + Lus