• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Soupçons de trucage : le club de Lyon Duchère et le GF 38 répondent

© MAXPPP
© MAXPPP

Les rencontres de football Sochaux-Grenoble (Ligue 2) et Rodez-Lyon Duchère (National), jouées le 17 mai en dernière journée de championnat, font l'objet d'une enquête préliminaire ouverte jeudi 6 juin à Paris. Le club de Lyon Duchère réplique ...

Par Dolores Mazzola

Une enquête préliminaire a été ouverte à Paris concernant deux matchs de foot joués le 17 mai dernier entre Sochaux et Grenoble (Ligue 2) et entre Rodez et Lyon Duchère (National). Des soupçons de matchs truqués pèsent sur ces deux rencontres. De son  côté, la Fédération française de football a lancé une enquête administrative.  

Le 17 mai, le FC Sochaux Montbéliard devait remporter ce dernier match de la saison pour se maintenir en Ligue 2. Il s'était finalement imposé contre le Grenoble Foot 38 sur le score de 1 à 0 lors d'un match joué à huis clos. Le même jour, dans un match sans enjeu sportif, le Rodez Aveyron Football avait battu 5 buts à 1 le club de Lyon Duchère AS.
C'est un journaliste indépendant qui a publié une vidéo sur YouTube affirmant avoir appris, quatre jours avant ces rencontres, qu'"il va y avoir des matchs arrangés". 

L'AS Lyon Duchère réplique ...


"Alors que notre nom est entaché depuis près d’un mois suite à une rumeur de paris sportifs sur notre rencontre face à Rodez, le club tient à faire jouer son droit de réponse," indique le club rhodanien dans un communiqué diffusé ce lundi 10 juin.
Reprenant l'article de L'Equipe, il précise : "notre rencontre face au Rodez Aveyron Football n’avait aucun enjeu sportif puisque, quelle que soit l’issue du match, le RAF terminait largement champion et que nous conservions notre cinquième place," et ajoute que "l’Autorité de Régulation des Jeux en Ligne (ARJEL) n’a remarqué aucune transaction financière suspecte à l’étranger sur cette rencontre".

"Alors que cette affaire cause un préjudice à notre image, la «ficelle» nous parait un peu «grosse», alors que nous avons affiché nos ambitions pour l’avenir avec le souhait de nous développer sur notre territoire." Le club de football demande que son nom ne soit plus associé à cette "rumeur infondée" et se réserve le droit d'entamer "tout poursuite nécessaire" afin de défendre l'image du club.

La réponse du club de Grenoble

"Aujourd'hui notre position est assez claire avec mon président Stéphane Rosnoblet et avec la ligue de foot professionnelle. C'est soit ce monsieur dit n'importe quoi et nous déposerons plainte contre lui; soit il s'avère que ses informations ont un sens et nous serons partie civile," explique Max Marty, manager général du GF38. "Aujourd'hui, cette situation n'a pas encore d'impact sur l'image du club et sur notre probité. Mais il n'est pas question de laisser le doute s'insinuer dans la tête des gens".
Soupçons de trucage : le club de Grenoble répond

Sur le même sujet

Nestlé à Rumilly

Les + Lus