Thibault Vincenot, 27 ans, Lyonnais, champion de France de Bridge pour la 7e fois

Publié le
Écrit par France 3 Rhône-Alpes. Propos recueillis par C. Aubert

Thibault Vincenot aligne 7 titres nationaux. A 27 ans, il consacre toutes ses journées au bridge, synonyme de convivialité et de vivacité d'esprit pour le jeune champion.

Devancer son adversaire… voilà la solution pour gagner au bridge. C'est le principal conseil de Thibault Vincenot, 7 fois champion de France de la discipline.

A 27 ans, toute la vie de Thibault tourne autour du fameux jeu de carte à l'image un peu désuète. Ce franc comtois installé à Lyon a changé tous ses plans de carrière pour se consacrer à sa passion.

Le bridge pour éviter la queue à la cantine

Et pourtant tout a commencé avec une histoire de cantine au collège. "Je voulais passer prioritaire à la cantine le vendredi. Pour cela, il fallait faire partie d'un club et il n'y avait que le club de bridge. Du coup je me suis inscrit au bridge." Très vite, l'élève de 4e a pris goût au jeu. C'est un séjour en colonie de vacances Bridge qui a vraiment provoqué son addiction. Il y est d'ailleurs revenu en tant que professeur, puis directeur pendant quelques années.

De retour chez lui, il enchaîne les tournois dans toute la France et rejoint l'équipe tricolore des moins de 20 ans. "J'ai joué à fond, à fond, à fond mais je ne pensais pas que ça allait devenir mon métier".

Le bridge, une passion et un métier

A la fin de son master en droit social, il visait la carrière d'avocat. Avant de passer l'examen d'entrée, il a été débauché par des amis pour prendre en charge un club de joueurs. Depuis, Thibault se consacre exclusivement au bridge

Depuis, il donne des cours tous les jours à des enfants et des adultes, arbitre des tournois amicaux et joue en compétition le week-end. A la tête de 7 titres de champion de France de moins de 31 ans, il avoue n'être "jamais rassasié" et vise des titres dans d'autres catégories et surtout la division nationale 1, la plus relevée. C'est son graal.

Ces élèves sont fans. Ils le suivent en compétition et lors des stages qu'il organise. "Il nous donne tout ce qu'il nous faut pour réussir. Il est extraordinaire". Les avis sont unanimes.

Se perfectionner à chaque partie

Pour le moment, il vit chaque étape, l'une après l'autre. Mi-mai, il sera à Toulouse pour finir dans les deux premiers et se qualifier pour la finale nationale. Thibault apprend de chaque partie et de chaque joueur. "Au bridge, on a tous une boîte d'enchères qui nous permet de dire ce qu'on a dans notre jeu, mais en fonction des pays et même des personnes, tout le monde ne va pas communiquer avec cette boîte de la même manière". Le jeu évolue aussi avec toutes ces pratiques. L'apprentissage est assez long avant de pouvoir bien jouer et ne s'arrête jamais ce qui peut rebuter les volontaires.

"C'est difficile de s'y mettre quand on connait pas parce qu'on peut être un peu freiné surtout quand on est jeune, quand on voit les personnes qui jouent parce que c'est vrai que c'est plutôt des personnes âgées en règle générale".

Thibault se dit incapable de résister au jeu. Il joue dès qu'il le peut, aidé par des applications sur son téléphone. Il est déterminé à progresser pour rejoindre l'élite. Pour cela, il doit encore apprendre à se focaliser davantage sur la partie en cours, oublier les précédentes, faire l'impasse sur les erreurs commises et se concentrer sur toutes les informations à traiter pour jouer juste.
Il lui reste du chemin à parcourir pour atteindre le top du top mais le jeune homme ne manque pas de motivations.

En parallèle, il se fait ambassadeur de la discipline, et souhaite la dépoussiérer pour qu'elle attire des pratiquants plus jeunes comme ce fut son cas. "Jouer aux cartes ça rapproche et c'est très stimulant de voir sa stratégie être la meilleure".