Transport en commun lyonnais et crise sanitaire Coronavirus: qui va payer la facture ?

165 millions d’euros de recettes en moins, la crise sanitaire aura un impact sur notre quotidien. La présidente du Sytral a tenu une conférence de presse par visioconférence ce 12 juin et présenté les chiffres du bilan et l’impact de cette crise sanitaire et économique sans précédent

11 Mai 2020 -Ambiance à la station de métro Bellecour au premier jour du déconfinement à Lyon.
11 Mai 2020 -Ambiance à la station de métro Bellecour au premier jour du déconfinement à Lyon. © maxppp

 

Avec une dizaine de journalistes, réunis autour de leurs ordinateurs, par visio-conférence ce vendredi 12 juin, Fouziya Bouzerda, la Présidente du Sytral a donné les chiffres et a permis de mesurer l’impact de la crise.

« L’un des enjeux a été de ne pas propager le virus », « nous y sommes arrivés»... Fouziya Bouzerda à fait œuvre de pédagogie.

 

Crise sanitaire: impact sur les comptes 2020 estimé à 165 millions

A ce jour, l’offre de transport sur l’agglomération lyonnaise est assurée à 100%. « Dans des conditions sanitaires optimales, les véhicules, les rames, tout est réuni pour que les clients puissent voyager sans craintes, c’était notre premier objectif »...

La fréquentation est revenue. 60% de la clientèle est présente. 100% de l’offre est assurée ! 97% des usagers portent un masque. Seulement 378 procès-verbaux ont été dressés pour non-respect de cette règle.

Mais le plus délicat porte sur les investissements à venir. Selon la direction technique des territoires, 60 à 80 millions d’euro sont nécessaires pour réaliser 1 kilomètre de métro ! Le manque à gagner se reportera donc sur les entreprises et les investissements. 

« Pas question de faire reporter le manque à gagner sur la clientèle », selon une porte-parole du principal syndicat des transports en commun de France.

Mais le recours à l’emprunt et une aide de l’état sont sérieusement envisagés. Le Sytral estime à 165 millions d’euro ses pertes sur l’année 2020. Sur un budget de près d’un milliard d’euro, cela pourrait sembler faible. Pour mémoire, cette somme représente l’équivalent de 2 à 3 kilomètres de métro ! Charge au nouvel exécutif de définir les priorités. Et de répartir les budgets. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports crise économique coronavirus/covid-19 santé société