Journée de mobilisation des transporteurs routiers: le marché de gros de Lyon-Corbas bloqué

Le marché de gros est bloqué depuis 4 heures ce lundi matin / © France 3 Rhône-Alpes/Vincent Diguat
Le marché de gros est bloqué depuis 4 heures ce lundi matin / © France 3 Rhône-Alpes/Vincent Diguat

Quatre syndicats du transport routier et de la logistique ont appellé à faire grève lundi 16 décembre. Ces professionnels réclament de meilleures conditions de travail et de salaire. Différentes opérations doivent avoir lieu dans toute la France. A Lyon, le marché de gros de Corbas est bloqué.

Par Arnaud Jacques avec Dolorès Mazzola

La semaine dernière, quatre syndicats de la vaste branche du transport routier et de la logistique ont appellé les salariés à faire grève le lundi 16 décembre pour réclamer de meilleures conditions de travail et de salaire. "Des actions sous forme de rassemblements, de blocages ou autres, auront lieu dans toutes les régions de France", a annoncé  l'UFR-CFDT, premier syndicat de la branche dans un tract. Les syndicats FO (3e), CFTC (4e) et CGC (5e) du secteur se sont joints à cet appel. Dans la région lyonnaise, le marché de gros de Corbas est bloqué.
 

Barrages aux accès du marché de gros de Corbas
 

Dans l'agglomération lyonnaise, un blocage du marché de gros de Corbas, au sud-est de Lyon, est en place depuis 4 heures ce lundi matin. Plusieurs centaines de camions ont donc occupé les ronds-points autour du marché pour en empêcher l'accès.
Cette action de blocage du marché de gros, qui ne vend que des fruits et légumes pour alimenter des cantines, des grandes surfaces, des épiceries dans une quarantaine de départements, doit durer jusqu'à 14 heures.
 

Premier avertissement


Le blocage d'aujourd'hui est un "avertissement pour ne pas rentrer dans le dur au mois de janvier", prévient Christophe Garayt de la CFDT qui regrette un dialogue social à l'arrêt avec les organisations patronales. La principale revendication est l'application d'un treizième mois. "On a toujours pas de treizième mois alors que dans notre convention collective, certaines personnes l'ont, donc on aimerait que ce soit acquis pour tout le monde" nous dit encore Christophe Garayt. Pour Philippe Métenier, chauffeur routier, la considération n'est pas à la hauteur de la pénibilité du travail, "Je suis payé 1300€ par mois et je fais 50 à 52 heures par semaine, heureusement qu'il y a les heures supplémentaires mais ça ne suffit pas. En plus de ça, on est mal considéré par les gens qui réceptionnent nos marchandises ici (au marché de gros)."
 

Le monde économique visé


Le président du marché de gros de Lyon-Corbas Christian Berthe ne comprend pas pourquoi c'est le secteur de l'économie qui est une fois de plus visé. "Ce n'est pas la colère qui m'emprunt, c'est ce sentiment d'injustice, il y a 500 emplois ici, 24 entreprises et on rayonne sur 43 départements et quelques personnes ont décidé que c'était ainsi" regrette-t-il, "ce sont des clients qui font jusqu'à 200 kms pour s'approvisionner, des commandes qui ne sont pas respectées, des sociétés qui ne vont pas pouvoir livrer des repas."

Ce sont 700 camions qui viennent chaque jour à Lyon-Corbas pour s'approvisionner. L'activité du marché devrait reprendre normalement dès ce mardi.


 

Sur le même sujet

Les + Lus