Rhône : après les plus démunis, le boucher des Minguettes, à Vénissieux, veut aussi aider les étudiants

Mourad Slimani, boucher installé aux Minguettes, remet le couvert. Après avoir distribué des centaines de colis de viande aux plus démunis, l'homme au grand coeur veut venir en aide aux étudiants. Le 5 mars, il rencontre deux associations étudiantes pour faire le point sur les besoins des jeunes.

Vénissieux : après les plus démunis, le boucher des Minguettes, Mourad Slimani, veut aussi aider les étudiants - ARCHIVES
Vénissieux : après les plus démunis, le boucher des Minguettes, Mourad Slimani, veut aussi aider les étudiants - ARCHIVES © MAXPPP

"Je ne veux pas balancer un sac comme ça, n'importe comment. Je veux vraiment faire le point sur les besoins des étudiants. Il faut étudier les besoins des étudiants. C'est ce qui m'inquiète le plus", a confié Mourad Slimani, contacté par téléphone.

Un boucher au coeur tendre

En février dernier, le boucher des Minguettes a déjà distribué près de 750 colis de viande, à des centaines de familles démunies de Vénissieux. Aujourd'hui, le professionnel au grand coeur a décidé de passer à l'action pour un autre public en grande difficulté: les étudiants. Lui-même père d'une étudiante, M. Slimani a été particulièrement touché par la détresse de ces jeunes. 

"A 10 commerçants, on peut faire vivre les étudiants jusqu'en août", assure-t-il, avec du sourire dans la voix. Le boucher au coeur tendre ne cache pas qu'il aimerait faire des émules chez nombre de ses confrères. Pour Mourad Slimani, pendant la crise sanitaire, les commerces de bouche ont tiré leur épingle du jeu. Et aujourd'hui, le boucher de Vénissieux, ces dons ne sont qu'un juste retour de générosité : "il faut être reconnaissant et je veux rendre aux Vénissians ce qu'ils m'ont donné". 

Identifier un millier d'étudiants 

Aujourd'hui, le boucher ambitionne de distribuer près d'un millier de colis pour ces jeunes. Pour parvenir à ses fins, il va bénéficier de l'aide de trois fournisseurs et grossistes avec lesquels il travaille au quotidien. Il a par ailleurs lancé un appel aux associations et organisations étudiantes pour l'aider à cibler les besoins. Il s'agit aussi d'organiser la distribution au mieux. Pas de place pour l'improvisation chez M.Slimani. 

Le Collectif de Solidarité Etudiante, fondé par Catherine Fillon et Chrystelle Gazeau, enseignantes à l'université Lyon 3, a répondu présent. Le collectif, né pendant le Covid, s'est déjà forgé une belle réputation. Le boucher rencontre des représentants de cette association dès le 5 mars pour une distribution à partir de la semaine prochaine, espère-t-il. Son souhait : offrir des paniers qui pourront les nourrir plusieurs jours. Leur  composition des colis n'est pas encore tout à fait déterminée.

Mis en lumière avec ce geste de générosité, le modeste M.Slimani se dit profondément touché par les félicitations et les remerciements.  Mais au-delà de cet élan de générosité, le commerçant de Vénissieux veut faire "une pierre deux coups", "toucher tous les coeurs et les esprits" et surtout oeuvrer au-delà des différences culturelles, avec des personnes de toutes confessions. "Tous main dans la main" autour de ce projet solidaire, "parce que les jeunes, c'est notre avenir !".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société covid-19 santé