Vénissieux (Rhône): le procès de l'amiante pour les salariés de Renault Trucks doit reprendre à zéro

Les ouvriers de Renault Trucks se lèvent à l'arrivée des conseillers prud'homaux, le 12 mars 2019 à Rillieux-la-Pape. / © France 3 Rhône-Alpes
Les ouvriers de Renault Trucks se lèvent à l'arrivée des conseillers prud'homaux, le 12 mars 2019 à Rillieux-la-Pape. / © France 3 Rhône-Alpes

La reconnaissance du préjudice d'anxiété pour les salariés de Renault Trucks exposés à l'amiante est reportée. Elle sera tranchée par un juge professionnel puisque les conseillers prud'homaux n'ont pas trouvé d'accord.

Par Arnaud Jacques avec AFP

Le conseil des prud'hommes de Lyon a renvoyé entre les mains d'un juge départiteur l'affaire qui oppose Renault Trucks à 1.200 de ses salariés ou ex-salariés, qui réclament la reconnaissance de leur "préjudice d'anxiété" pour avoir été exposés à l'amiante, a-t-on appris vendredi auprès de l'avocat des plaignants.

Alors que le conseil des prud'hommes avait indiqué à l'audience du 12 mars qu'il rendrait sa décision le 29 octobre, le renvoi en départage a été pris "en juillet", entraînant la tenue d'une nouvelle audience le 14 mai 2020, nous a précisé l'avocat des plaignants, Me Cédric de Romanet. Elle se tiendra, comme en mars dernier, à la salle 140 de Rillieux-la-Pape afin de contenir les 1200 plaignants.
 

Retour à la case départ avec un magristrat professionnel

Les conseillers prud'homaux n'étant pas parvenus à trancher le litige, l'affaire sera donc réexaminée par un magistrat professionnel.
Ce n'était pas une grande surprise mais c'est une forme de déception car cela fait perdre du temps et recommencer de zéro", a ajouté l'avocat.
En mars, le conseil des prud'hommes avait examiné les dossiers de 1.208 retraités ou salariés en fin de carrière de Renault Trucks (ex-RVI) à Vénissieux, site classé amiante pour la période 1964-1996. Les plaignants, qui souhaitent faire valoir leur "préjudice d'anxiété", ont réclamé 15.000 euros chacun, soit 18 millions d'euros au total.
L'avocate de Renault Trucks avait contesté "l'exposition au risque dans les autres secteurs" que la fonderie et l'activité car et bus, sur ce site industriel de 79 hectares.
 

20 décès liés à l'amiante

L'Association Prévenir et réparer (APER) dit avoir recensé au moins une "vingtaine" de décès liés à l'amiante depuis 2000 et une "quarantaine" de cas reconnus comme maladies professionnelles.
Le site de Vénissieux de Renault Trucks, désormais filiale de Volvo, a été reconnu site amiante par arrêté publié au Journal officiel à l'automne 2016, permettant ainsi aux salariés en poste jusqu'en 1996 d'avoir droit au dispositif de retraite anticipée des travailleurs de l'amiante.

Sur le même sujet

Les + Lus