VIDEO. A Lyon, une grenade lacrymogène explose dans un appartement

Une vidéo a été vue 2 millions de fois sur twitter: une internaute filmait à Lyon la manifestation contre la réforme des retraites quand une grenade  lacrymogène aurait explosé au niveau de son balcon. La vidéaste affirme que c'est un CRS qui l'aurait visée. Une plainte a été déposée.

La vidéo fait le buzz sur les réseaux sociaux: une jeune vidéaste affirme qu'une grenade lacrymogène aurait explosé sur son balcon, alors qu'elle filmait la manifestation contre la réforme des retraites à Lyon, samedi 11 janvier.
La vidéo fait le buzz sur les réseaux sociaux: une jeune vidéaste affirme qu'une grenade lacrymogène aurait explosé sur son balcon, alors qu'elle filmait la manifestation contre la réforme des retraites à Lyon, samedi 11 janvier. © Twitter / Eiramniffac
La scène se passe rue de la Barre, à côté de l'Hôtel-Dieu, dans le 2e arrondissement de Lyon, samedi 11 janvier: la vidéo, de 5 secondes seulement, a été postée vers 16h00 sur Twitter, et ne cesse depuis de faire le buzz. Près de 2 millions de vues sont enregistrées pour le moment.

 

La jeune fille qui filme s'appelle Marie, originaire de Toulouse. Elle est étudiante dans une école d'ingénieur à Lyon. Samedi 11 janvier, elle regardait passer la manifestation contre la réforme des retraites, avec à ce moment précis, des tensions entre plusieurs personnes et les CRS dans la rue. Un petit groupe est alors debout, sur le petit balcon de l'appartement, pour assister à ces évènements, quand une grenade lacrymogène aurait explosé à leur niveau, ou sur la façade au niveau du balcon, provoquant une explosion et une grande confusion à la fin de la vidéo. La jeune fille mentionne, toujours sur les réseaux sociaux, des traces de brûlures dans son appartement.

Un des ses amis, présent à l'intérieur de l'appartement, aurait été touché par la grenade, au niveau du torse et sur un bras.

Elle et les autres occupants seraient ensuite sortis dans le hall de l'immeuble au rez-de-chaussée, à cause des gaz lacrymogènes.

Un autre internaute, militant sur twitter, a publié presque au même moment une autre photo, prise depuis la rue, où l'on peut voir de la fumée blanche s'échapper de l'intérieur de l'appartement, situé au 4e étage d'un immeuble qui en compte 5:

 

La jeune étudiante a également publié en fin d'après-midi une photo de ce qui ressemble à une grenade lacrymogène utilisée, mais sans préciser où cette grenade a été ramassée:

 


Une plainte déposée


Dans la soirée, la jeune fille a déposée plainte. Des policiers ont procédé à des constatations à l'intérieur de son appartement vers 21h30, et ont récupéré le galet pris en photo.

Ce matin, le service communication de la DDSP (Direction Départementale de Sécurité Publique) du Rhône a précisé à nos confrères du Parisien: "Il n'y a pas assez d'éléments pour déterminer si c'est une grenade lacrymogène ou une fusée de détresse d'un manifestant, cela demande plus d'investigations. Elles sont en cours pour comprendre l'origine du tir." L'enquête est en cours.
 

"Aucune velléité de les atteindre"


Sur twitter, la police a répondu dimanche 12 janvier qu’il n’y avait "aucune velléité" d'atteindre directement le petit groupe d'étudiants. Le compte de la Police Nationale 69 précise le contexte de ces tirs de lacrymogène rue de la Barre: "des manifestants hostiles enfonçant un barrage policier et s’en prenant aux biens et aux personnes ont contraint les forces de l'ordre à effectuer des tirs de lacrymogène", sans plus de détail. La vidéo a déjà été visionnée 2 millions de fois sur twitter.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social réseaux sociaux société