Vidéo. Revivez la 17ème édition du rallye Mathématiques de l'Académie de Lyon

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Volatier .

Ce jeudi 9 juin 2022 était un jour particulier pour quelque 360 élèves de 2nde et de 3ème de l’Académie de Lyon. La grande finale du Rallye Mathématique avait lieu sur le campus de La Doua, à Villeurbanne. Une occasion de voir les mathématiques sous un autre jour …

Les bancs du campus de La Doua ont l’habitude de voir des têtes un peu plus vieilles … Et pour cause ! L’université accueillait aujourd’hui la finale de la 17ème édition du Rallye Mathématique de l’Académie de Lyon. Sur les 716 classes de 3ème et de 2nde en lice au début du challenge, seules douze d’entre elles avaient l’honneur de s’affronter pour un ultime défi ce jeudi 9 juin 2022.

L'amphithéâtre grouille de collégiens et de lycées, impressionnés. Après un départ un peu chaotique, les participants sont enfin prêts à en découdre ! Signe de l’énergie débordante des élèves, un tonnerre d’applaudissements suit le discours d’introduction d’Odile Straub, inspectrice de mathématiques dans l’Académie de Lyon.

Vous avez dit mathématiques ?

"C’est une grosse organisation, confie Odile Straub, au niveau des organisateurs, nous avons trois groupes parce que c’est très lourd. Un groupe se charge de la logistique et de la communication, un groupe conçoit les sujets et un groupe organise la finale".

Pour gagner cette dernière étape, les élèves doivent résoudre un maximum d’énigmes en un temps imparti. Des épreuves diverses et variées : si certains élèves barbouillent des feuilles de chiffres, d’autres s’allongent au milieu de la cour, un rapporteur à la main …  

Certaines énigmes peuvent nous sembler bien insolites. Qu’est-ce que les chaises musicales peuvent-elles bien avoir de mathématique ? Et nous sommes un peu sceptiques lorsque Raphaëlle et Marylou, élèves de 2nde au lycée Ferney-Voltaire, expliquent qu’elles veulent mesurer la taille du bâtiment grâce au théorème de Thalès.

"Le rallye, c’est avant tout de la logique", explique Maxime, élève de la 3ème D du collège Daisy George Martin d’Irigny. Toutes les épreuves mêlent en effet formules mathématiques, calcul mental, logique et sens de l’anticipation.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les concurrents ne sont pas particulièrement inquiets. "On ne s’est pas vraiment préparés … on a juste révisé et relu des exercices qu’on avait faits en cours, des formules … on n’est pas du tout stressés. La première fois, on y est allé au talent et on a réussi alors là, on ne doute pas !", confie Flavie, une autre élève de la 3ème D. "Les élèves ne sont pas nécessairement préparés, ce sont les professeurs qui les habituent à la résolution de problèmes", indique l’inspectrice de mathématiques.

 L’esprit d’équipe en tête de l’équation

"Ce qui fait la force du Rallye Mathématique, c’est que c’est le groupe-classe qui agit. Toute la classe cherche, toute la classe s’investit. Ça compte beaucoup. C’est vraiment notre marque de fabrique, l’esprit d’équipe", insiste Odile Straub. La condition indispensable pour réussir, c'est la cohésion.

Les élèves se creusent les méninges pour résoudre les énigmes. La 3ème D du collège Daisy George Martin d’Irigny est réunie autour d’une maquette qui représente un cours d’eau, deux rives et des villages. "Vous devez appuyer sur le bouton pour que l’eau coule. Votre objectif, c’est que les villages ne soient pas inondés. Vous aurez trois essais. Pour ça, vous aurez la possibilité de faire passer le cours d’eau tout droit ou par des méandres. Vous pouvez aussi mettre ou enlever des digues", explique l’organisatrice. Les élèves débattent, s’écoutent et proposent une solution. La première tentative est gagnante ! Le groupe exulte. "On est trop forts !", s’enthousiasment les élèves.

 Aimer les maths, mission impossible ?

Les organisateurs ne s’en cachent pas. Le but du rallye, c’est de redorer le blason des mathématiques. 40% des élèves de première ne font plus du tout de mathématiques. "Au moment de choisir leur spécialité, les élèves de seconde ont l’impression que cette discipline va être trop difficile, que le programme de la spécialité maths nécessite d’être extrêmement bon en mathématiques" explique Claire Piolti-Lamorthe, membre du Bureau National de l’Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public.  

Elle le martèle : les mathématiques sont accessibles à tous. Et le rallye est une occasion de le prouver. "On peut se tromper, on peut se faire confiance et finalement réussir à résoudre des problèmes exigeants" affirme Claire Piolti-Lamorthe. On en oublierait presque les chiffres et les formules …

durée de la vidéo : 01min 51
Challenge mathématiques ©France Télévisions

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité