• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Villefranche-sur-Saône : le bar-tabac braqué pour la deuxième fois, le buraliste met en fuite le délinquant

Le tabac presse Le Savigny de Villefranche-sur-Saône, à nouveau attaqué et braqué vendredi 19 avril, le couple de commerçants a mis en fuite les malfaiteurs. / © France 3 Rhône-Alpes
Le tabac presse Le Savigny de Villefranche-sur-Saône, à nouveau attaqué et braqué vendredi 19 avril, le couple de commerçants a mis en fuite les malfaiteurs. / © France 3 Rhône-Alpes

Il avait écrit au Président Emmanuel Macron après un premier braquage : le gérant du bar-tabac Le Savigny à Villefranche-sur-Saône (Rhône) a encore été attaqué vendredi 19 avril. Le buraliste a mis en fuite le délinquant avec une arme. Deux personnes ont été arrêtées. Le couple est sous le choc.

Par Renaud Gardette

La scène s'est déroulée à 12h40, vendredi 19 avril. Le bar-tabac Le Savigny de Villefranche-sur-Saône est ouvert, et David Givors le gérant déjeune avec son épouse à l'arrière du commerce. Tout d'un coup, un jeune homme débarque, cagoulé et armé d'un couteau. Un client est présent. Le malfaiteur le confond avec le commerçant et lui hurle dessus : "j'veux les sous, j'veux la caisse!"

Le client se protège alors avec un tabouret en expliquant qui il est. Le gérant sort de l'arrière boutique et fonce vers le malfaiteur, un flash-ball à la main. Il vise le délinquant, sans tirer : le jeune décampe aussitôt en prenant ses jambes à son cou. 

Le tout a duré à peine 15 secondes.

En début d'après-midi la police a arrêté un suspect ainsi qu'un complice présumé, qui devait se trouver à priori à l'extérieur du commerce au moment des faits.

Très choqué, David Givors est à bout de nerfs. "C'est la misère. C'est pas possible. Je me disais qu'on allait pouvoir tourner la page, et rebelotte. C'est un coup de massue. On sortait à peine la tête de l'eau."
 

Monsieur le Président, je vous fais une lettre


En septembre 2018, le couple avait déjà été braqué par deux mineurs. L'un était alors placé en centre éducatif fermé, l'autre était ressorti libre après une comparution immédiate. Très en colère les commerçants en appellaient directement à Emmanuel Macron à travers une lettre. Le Président avait ensuite répondu, via son chef de cabinet.

David Givors craignait que le jeune ne revienne dans son commerce. Il demandait alors au Président des peines plus lourdes et plus systématiques pour les mineurs de moins de 16 ans, auteurs de vols à main armée. Emmanuel Macron avait pris le soin de rappeler la "séparation des pouvoirs en vigueur dans le pays", mais que la demande du couple était transmise à la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

 

Prison avec sursis pour les 2 mineurs


La semaine dernière, les deux mineurs ont été condamnés à 10 et 18 mois de prison avec sursis et une mise à l'épreuve de deux ans. Pour le buraliste, cette nouvelle tentative de braquage n'aurait aucun lien avec le procès et la condamnation qui viennent d'avoir lieu.

En novembre dernier, un cambriolage, de nuit, a également eu lieu dans le commerce. "De vrais professionels" cette fois-ci pense le gérant.

Sur le même sujet

Malou, résistante ardéchoise

Les + Lus